Avertir le modérateur

09/12/2008

MAIS OÙ EST DONC PASSÉ LE « BON SENS PAYSAN » ?

1984foule senti(ton)mentale.jpgCombien de temps les éleveurs continueront-ils à mendier des subventions à l’État et persisteront-ils à scier la branche sur laquelle ils sont assis ?
► Suite aux manifestations d'éleveurs, le Ministère de l'Agriculture a annoncé une aide de plusieurs dizaines de millions d'euros pour les soutenir. On impose donc une nouvelle fois aux contribuables de subventionner l'élevage, y compris à ceux qui évitent en tant que consommateurs d'acheter de la viande ou des produits laitiers ! Même si l'on peut comprendre l'inquiétude des éleveurs qui voient leur revenu baisser, il est clair qu'il ne faut en aucun cas continuer à subventionner l'élevage, en particulier parce que c'est une activité extrêmement agressive envers l'environnement.
►  La production de viande a été reconnue par la FAO comme étant le premier facteur d’émission de gaz à effet de serre (devant le secteur des transports).
Une alimentation 100% végétale génère environ 5 fois moins de CO2 qu’une alimentation végétarienne classique… qui génère elle-même environ moitié moins de CO2 qu’une alimentation carnée.
Produire des légumes, céréales, légumineuses, nécessite de 500 à 2000 L d’eau par kg d’aliments, alors que produire 1 kg de viande de boeuf demande 20 000 à 100 000 L.
En France, 2/3 des terres agricoles sont destinées à l’alimentation animale, qui absorbe à elle-seule 50 % des céréales produites. Les animaux d’élevage sont en effet de véritables gouffres énergétiques, où se perdent 85 % des calories et des protéines végétales qu’on leur donne.
L’élevage génère aussi une forte pollution. Plus de la moitié des engrais azotés et phosphorés employés en France le sont uniquement pour satisfaire aux besoins de nos animaux de consommations. Et ceux-ci produisent bon an mal an environ 300 millions de tonnes de déjections diverses. L’ammoniac provenant des lisiers liquides est l'une des causes principales des pluies acides qui abîment les arbres, acidifient les sols, les lacs et les cours d'eau, et nuisent à la biodiversité.
► Les éleveurs sont donc les premiers pollueurs de la planète, et continuer à subventionner leurs activités est en contradiction totale avec les objectifs de préservation de l’environnement fixés par le gouvernement… qui ferait bien de s’inspirer plutôt de ce que conseille Rajendra Pachauri, président du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC) : « Au début, renoncez à manger de la viande un jour par semaine, et ensuite cessez graduellement votre consommation. »
► Il faut donc réformer l'ensemble des filières liées à l'élevage de manière à diminuer la consommation de viande et de lait, en promouvant massivement l'adoption d'une alimentation équilibrée la plus végétale possible. Quant aux éleveurs, ils seraient bien inspirés de se reconvertir dans d’autres activités moins néfastes à l’environnement, et de se passer définitivement des aumônes de l’Etat.
► L’alimentation végétarienne a aussi des effets bénéfiques sur les animaux, la santé et le Tiers-Monde. Plus d’informations sur www.vegetarisme.fr.

(communiqué d'Alliance Végétarienne de France)