Avertir le modérateur

04/07/2013

CHÔMAGE OU RETRAITE ?

chômage,retraite,filoche,hollande,président,république,france,romain desbois,cnav,longévité,retraités,chômeurs,salaire,cotisations,pôle emploi,attali,retraite à points,carrière,poltique,démocratie,économie,social,réforme,balladur,fillon,sarkozy,gauche,socialiste,ayrault,entreprises,salariés,employeurs,charges socialesMonsieur le Président de la République, vous avez fermement dit lors de vos vœux que vous alliez tout faire pour que le chômage baisse.
Or vous annoncez maintenant qu’il va falloir travailler plus longtemps !
J’y vois une contradiction car vous n’ignorez pas que 1 million de chômeurs ont plus de 50 ans, que 60% des français de plus de 55 ans sont au chômage !
Pour la première fois depuis la mise en place du système par répartition les futurs retraités auront moins que ceux pour qui ils ont cotisé toute leur carrière.
Des pistes pourtant ne sont pas explorées comme par exemple la progressivité des taux de cotisations.
Mais surtout il faut cesser de penser que les retraités sont un poids pour l’économie du pays. Bien au contraire, les retraités consomment ; ils jardinent, bricolent, voyagent, gardent leurs petits-enfants, s’occupent de leurs parents entrés dans le grand âge, sont la colonne vertébrale du milieu associatif tant envié dans le monde entier ; ils créent des emplois !
L’argument de l’allongement de l’espérance de vie est fallacieux ! Statistiquement les femmes vivent plus longtemps que les hommes ; faut-il alors selon cet argument qu’elles partent plus tard que les hommes à la retraite? On voit les limites de l’argument.
D’autant plus que cette moyenne cache bien des différences selon que vous avez eu un métier pénible, que vous avez eu de petits revenus ou/et que vous avez commencé à travailler tôt ou pas.
Jacques Attali, bien que partisan de l’augmentation du nombre d’années travaillées a bien résumé le problème : « Reculer l’âge du départ en retraite, c’est faire payer aux pauvres la retraite des riches ».
Est-ce cela une mesure de gauche ?
Cherchons la cause du déficit des caisses de retraite avant toutes choses ! Il serait bon de faire un audit de la CNAV semble –t-il car entre le salaire « secret défense » de sa présidente et les 80 000 aides ménagères payées indûment par les cotisations retraites en passant par les frais de communication et autres subventions à des évènements culturels ou sportifs, on ne se demande plus si nos cotisations sont bien gérées.
Selon les chiffres de l’inspection du travail donnés par Gérard Filoche, il y aurait par an, 1 milliard d’heures travaillées non payées et donc sur lesquelles il n’a pas de cotisations sociales ! Renforcer les contrôles serait bien une façon de faire rentrer des cotisations tout en augmentant le pouvoir d’achat des salariés lésés. Cet excellent inspecteur du travail à la retraite rappelle qu’une augmentation de seulement 1% des salaires (en moyenne), c’est 10 milliards d’euros de plus par an de rentrée dans les caisses de la CNAV.

Vous pouvez réduire sensiblement et rapidement le nombre de chômeurs grâce à l’avancement de l’âge de la retraite. Annuler la reforme Balladur/Fillon supprimerait au minimum 1 million de chômeur dans l’année !
C’est un cercle vertueux que vous enclencheriez là, car les centaines de milliers de salariés qui partiraient en retraite permettraient de donner du pouvoir d’achat à nombre de leurs collègues qui par le jeu des promotions internes les remplaceraient sans que cela coûte un centime aux entreprises !
Monsieur le Président si vous voulez vraiment lutter efficacement contre le chômage, vous devez permettre à des millions de français de partir à la retraite maintenant ! Ne craignez pas de gonfler les déficits des caisses de retraite puisque les chômeurs qui les remplaceront cotiseront à nouveau pour ces retraités et feront baisser la charge des indemnités chômage (qui au demeurant pourraient être transférées aux retraites).
Pour conclure je n’ose même pas évoquer le côté social voire socialiste de mes propositions exposées ici.
Je sais que ce courrier ne sera jamais entre vos mains et qu’un fonctionnaire sera chargé de faire une réponse passe partout. Aussi je me permets de le rendre public et de le diffuser le plus largement possible.
Il est néanmoins évident qu’il faut réformer le système des retraites pour aller vers un système à points, plus juste et qui permettrait à chaque salarié de mieux pouvoir gérer son déroulement de carrière.
Ce système est de toute façon dès sa conception aberrant puisqu’il faut au moins deux cotisants pour un retraité et donc à chaque génération avoir deux fois plus de gens qui cotisent, ce qui est impossible.
Avec le plus grand respect d’un citoyen engagé.
RomainDesbois

 

12/12/2012

UNE CAISSE POUR LES PENSIONS ALIMENTAIRES

Nombreuses sont les femmes qui n'arrivent pas à percevoir la pension alimentaire des enfants dont elles ont la garde.

Source de conflits aboutissant quelquefois à des violences voire des homicides, plus généralement cela plonge les familles dans la plus extrême précarité.

De plus cela engorge la justice de procès répétitifs pourtant facilement évitables.

Je propose de créer un intermédiaire entre les parties : une Caisse de Compensation des Pensions Alimentaires (CCPA)

 

FONCTIONNEMENT

1 Le parent payeur verse son dû à la CCPA, tout retard est assujetti à des intérêts.

2 Le parent "bénéficiaire" reçoit son dû de la CCPA à la date fixée, même si le parent payeur a du retard.

En déconnectant le paiement du versement, on garantit l’application de la loi tout en supprimant la quasi totalité des litiges et du stress liés au côté aléatoire du système actuel.

De plus, cela permet au parent payeur d’avoir du retard dans ses versements, sans culpabiliser ni recevoir l’opprobre, en lui permettant de gérer des impondérables financiers temporaires et sans pénaliser financièrement ses enfants et l’autre parent.

 

FINANCEMENT DU FONCTIONNEMENT DE LA CCPA

Au démarrage l’Etat finance la différence liée aux retards par un prêt sur l’honneur; retards qui devraient être moindres qu’actuellement (parions que les mauvais payeurs oseront moins affronter la CCPA que le parent de leurs enfants).

Ensuite le financement du fonctionnement pourrait être assuré par exemple:

  • Par les intérêts liés aux retards
  • Par les fonds de secours devenus obsolètes
  • Par les économies réalisées par la justice.
  • Par le fond de solidarité de la caisse des allocations familiales.

CONCLUSION

Facile à mettre en place, peu coûteuse en gestion, la Caisse de Compensation des Pensions Alimentaires avantage toutes les parties concernées tout en rendant un peu de sérénité dans les conflits familiaux.

Si en plus l’Etat, la Justice y trouvent financièrement leur compte, qu’attendons-nous !

 

RomainDesbois

14/04/08 

Ci-joint une toute récente émission sur LCP, du 11/12/12, qui ne fait que confirmer l'utilité de cette mesure:

http://www.dailymotion.com/video/xvujnh_ca-vous-regarde-l...