Avertir le modérateur

29/06/2013

ARRETONS AVEC LA DETTE!

dette,banque,économie,impôt,crédit,éconmiste,Que l'on cesse de nous bassiner avec la dette, les pseudos économistes de comptoir nous enfument pour mieux nous faire peur et faire passer leurs idées ultralibérales.

Quand vous empruntez pour acheter votre résidence, vous vous endettez sur dix, quinze voire vingt ans et on ne vous dit pas que votre dette est à mille pour cent de vos revenus annuels?

Pour l'Etat c'est pareil et la comparer au PIB de l'année revient à additionner des carottes et des lapins.

Nos "éconoclastes" ont du dormir en primaire!

1600 milliards d'euros de dette c'est:

- sur 10 ans,160 milliards à trouver par an

- sur 20 ans, 80 milliards d'euros.

 

80 milliards, c'est justement l'estimation de Bercy la fraude fiscale annuelle!

La dette est donc due aux fraudeurs!!!

15/10/2012

FONCTIONNAIRES, TROP C'EST TROP !

fonctionnaire,économie,justice,budget,austérité,crise,impôt,boutin,sarkozy,ump,pôle emploi,fraude fiscale,coface,dassault,outreau,caisse de dépots et consignations,quick,retraite,sdf,mal logés,1% logement,poujadismeTrop de fonctionnaires ! Les fonctionnaires ne foutent rien, bien au chaud dans leur bureau ! Ce poujadisme devient récurrent.
 
J’écoute, je regarde, je lis, j’entends, je zappe et j’ai souvent l’impression que beaucoup d’informations contradictoires arrivent à nos oreilles.

Il y a moins d’un lustre, des policiers français manifestaient. Leurs revendications ? Récupérer les centaines d’heures supplémentaires que chacun avait accumulées. Le chantre néopétainiste du « travailler plus pour gagner  plus » proposa à ces cailleras belliqueuses d’épurer les comptes en payant les heures incriminées …. à moitié prix. Sous Sarkozy, la valeur travail est en solde.( lire: Quand nos caisses jouent nos retraites à la bourse )

Pendant ce temps, la CDC (Caisse des Dépôts et Consignations) rachète les parts des magasins Quick pour 800 millions d’euros au milliardaire Frères, ami de notre président.

Cette histoire fit écho à ce que révéla sur les ondes Patrick Pelloux, le célèbre urgentiste et syndicaliste. Les internes, lorsqu'ils posent une demi-journée de congé, on leur décompte huit heures de travail ! Seize heures, la journée de travail! En France! Oui monsieur; en France et au XXIème siècle.

Pendant ce temps, la CDC « s’enrichit » d’une maison de disques en faillite, patrimoine à sauver impérativement surtout depuis que la première dame de « mon amoureux » y est sous contrat.

La restructuration de la justice par le top modèle Louboutin bat son plein.  Alors que 40% des personnes emprisonnées sont en attente d’être jugées, les juges d’instruction ont en moyenne 120 dossiers à traiter simultanément. Certains affirment ne pouvoir consacrer à chaque dossier plus d'un quart d’heure par semaine.  Faut pas se plaindre cependant, car heureusement, en amont les procureurs classent sans suite 80% des plaintes.


Lors de la commission parlementaire dites « commission d’Outreau », à la question: pourquoi les inculpés ont du attendre en prison préventive plus d’un an avant de pouvoir accéder à leur dossier; condition indispensable pour pouvoir être défendu par leurs avocats, le funeste juge Burgaud répondit que la photocopieuse était en panne depuis des mois et quand elle a été remplacée, il n’y avait de toutes façons pas de personnel pour l’utiliser. Une journaliste Florence Aubenas avait pourtant pu, en toute illégalité, photographier avec son téléphone portable, l’ensemble du dossier dès le début de l’affaire.
Par manque de personnels, de locaux, de moyens, les scellés s’entassent dans les culs-de-basse-fosse des palais de justice; se détériorent ou disparaissent, y compris toute ou parties de corps de victimes.

Pendant ce temps, l’Etat achète 11 Rafale et s‘engage à en acquérir un de plus par an, pour soutenir l’effort de… Dassault. Ce dernier n’hésite pourtant pas à dénoncer l’Etat providence, l’assistanat généralisé et de proposer la suppression totale de toute aide sociale.

Les effectifs de l’inspection du travail, de la DSV, de la DGCCRF fondent comme caviar sur lit de champagne chez Maxim’s un soir d’élection. Au point que le ministre de l’exploitation animale proposa que le personnel des abattoirs fasse lui-même les contrôles vétérinaires. Juge et partie, premier principe d’une république bananière.

Pendant ce temps, les caissières de Carrefour obtiennent quelques tickets restaurant de plus en sacrifiant plusieurs semaines de salaire dans la grève. L’inspection du travail estime qu’en France plus d’un milliard d’heures supplémentaires par an sont non payées, non déclarées, non imposées, non ponctionnées des prélèvements sociaux.

Monsieur David, PDG de la Coface affirme que le déficit annuel de cet organisme est l’équivalent de celui de la France. La Coface est une sorte d’assurance d’état pour les entreprises françaises qui exportent. Ainsi la France via la Coface a remboursé à la société Dassault, propriété du plus gros assisté français, les Mirages que Saddam Hussein n’a pu régler par suite d’un petit contretemps: la Guerre du Golfe. (Chirac a annulé la dette de 4 milliards que l’Irak devait  à la France).

Pendant ce temps, le fisc estime la fraude fiscale annuelle autour de 50 milliards d’euros et le gouvernement Fillon intègre l’abattement de 20% réservé aux salariés dans les tranches de l’IR afin d’en faire profiter les professions libérales. Cet abattement était considéré par l’Etat comme une compensation au fait que les salariés ne peuvent rien cacher, reconnaissant de fait que les professions libérales s’en mettent adroitement à gauche.

Avec le Tsar Kozy 1er, réformateur aisé, on allait voir ce qu’on allait voir. Le problème du chômage identifié, c’est la lourdeur administrative de l’ANPE et des ASSEDICS. Fusionnons ! Fusionnons ! La fusion froidement appliquée, le Pôle Emploi, les employés et les chômeurs ont vu.
Tellement catastrophique que Pôle emploi vend des « paquets » de chômeurs à des sociétés de placement privées. Pour un coût de plusieurs dizaines de millions d’euros et avec une efficacité moindre selon une étude faite en externe.

Pendant ce temps, la Boutin de la république est réquisitionnée par Ni coco Nicolas pour pondre un rapport sur « l’effet de la mondialisation sur la pauvreté ». Pour la modique somme de 9 000 euros par mois sur deux ans à la dame patronnesse et d’un peu moins pour trois collaborateurs, on aurait pu avoir en prime un rapport sur «l’effet sur la pauvreté  du coût des rapports» ! Vexée par le scandale, elle consentira à œuvrer bénévolement en bonne chrétienne. Quand y a un loup, y a Boutin, aurait pu dire Daty. N’est pas Xavière qui veut. (nota benêt: on apprendra finalement qu'elle n'est pas si idiote que ça, que son chantage pendant la campagne électorale qui vit son retrait de la candidature à l'élection présidentielle, lui a été payé par l'UMP, 800 000 euros)

Auparavant, ministre du logement, elle annonça royalement octroyer 23 millions sur cinq ans pour les mal-logés ! Ouf, sauvés ! Pour faire sa communication, elle dépensera l’argent public, 229 000 euros en embauchant Emmanuel Chain, le célèbre "journaliste" (voir : Un Borloo ça va, deux Borloo bonjour les dégâts )

Pendant ce temps,  le 1% logement est géré par plus de 100 organismes différents dont les patrons des plus gros gagnent 200 000 euros par mois (lire: Tous logés à la même enseigne ? )

Alors que l’on nous serine qu’il manque de place pour construire du logement social, qu’il n’y a pas assez de F1 pour loger les pauvres, l’homme qui restera célèbre pour le «trou Fillon » dans les caisses pourtant vides, cherchait un lopin de garennes en Ile de France pour y loger un circuit de F1. Trois communes osèrent postuler chacune pour plus de 20 hectares …. Garantie sans pauvres.

Pendant ce temps, l'Etat vend l'Imprimerie Nationale 85 millions d'euros et la rachète 5 ans plus tard 325 millions d'euros

Pendant ce temps, l'Etat paie ses militaires avec des mois de retard.

Pendant ce temps, une semaine par mois les députés européens vont au Parlement de Strasbourg, avec armes et noria de camions contenant documents officiels et intendance. Coût de ce nomadisme de l'orgueil nationaliste français: 200 millions d'euros pas an.

Pendant ce temps, les société HLM perdent 8 milliards d'euros dans des fonds toxiques.


Pendant ce temps, l’on meurt seul, l’on meurt sale, sali, humilié, par manque de personnels, dans les maisons de retraite. (lire: Hiver 54... ans après)

La crise, c’est vous qui la vivez, ce sont eux qui en vivent.

Romain Desbois


PETITION: TAXER LES OEUVRES D'ART DANS L'ISF

SOURCES :

 

20 minutes
Le Canard Enchainé

Le Particulier
France Télévision
LCP-Public Sénat
Arte
RMC
France-Inter
Europe 1
BFM Business

S!lence
Les nouveaux carnets d’un inspecteur du travail de Gérard Filoche
L’ oligarchie des incapables de Sophie Coignard et Hervé Cubert

29/09/2012

FRIC FRAC DANS LES REGIONS

32b.jpgAlors que l'on ne cesse de nous dire qu'il n'y a pas d'argent, que la ceinture est de rigueur, Monsieur Fabius, n'ayant certainement rien d'autres à faire vient de dépenser 85 000 euros, pour organiser en son château ministère, une exposition de peintures empruntées à nos musées .

Ce n'est que la partie visible de l'iceberg ne troublant même pas la surface médiatique.

Et pourtant dans le 20minutes du 6 septembre 2012, en page culture, on informe le quidam de la gabegie de l'Etat dans le domaine culturel. Les Fonds Régionaux d'Art Contemporain (FRAC) fêtent leur trente ans.  Ces FRAC ont été créés pour aider les artistes français via une politique d'achat d'oeuvres à destination des musées locaux. Mais les musées n'en voulant pas, les FRAC , au fil du temps ont amassé une importante collection d'oeuvres stockées à l'abri du regard des manants taxés.

Aussi quoi de plus logique, les régions ont décidé de construire de nouveaux musées, six sont en chantier sur les vingt-trois que comptera la France. Et pas du genre cabane de chantier que l'on offre royalement aux SDF, étudiants ou privilègiés du RSA; "Les nouveaux FRAC sont ambitieux sur le plan architectural et des politiques urbaines" claironne fièrement Marie-Cécile Burnichon de PLATFORM, réseau des vingt-trois FRAC!

Du coup les sommes consacrées à soutenir l'activité artistique française sont fagocytées par la gestion de ces collections entassées. Au point que certains FRAC ne peuvent plus quasiment rien acquérir. La construction de ces musées ne va cependant rien arranger puisque sur les six bâtiments en construction, la plupart des réserves sont déjà virtuellement pleines.

Qui a fréquenté le milieu de l'art sait pourtant que l'entregent est plus important que les qualités artistiques.

Rien de nouveau sous le soleil royal, à l'occasion d'une prise de conscience sur le risque d'une future crue centennale, la responsable du musée du Louvre avouait que soixante pour cent des oeuvres en leur posséssion croupissent dans les réserves et qu'elles ne seront jamais exposées par manque de place !!!!!

Point de crise d'austérité, ni de manque de terrain pour l'art; chose sacrée à laquelle il ne faut pas toucher.

Cet hiver, on trouvera bien quelques sans-abris pour décorer de leur mort les parvis de nos trop chers temples de natures mortes.

Romain Desbois

25/03/2010

L'IMPÔT UNIQUE: MA REVOLUTION FISCALE

8.jpgAu pays des usines à gaz, la fiscalité française est un de ses plus beaux joyaux, bien loin de la contribution volontaire gravée dans le marbre de la déclaration des droits de l'homme de 1789.(a) (b)

Je propose de simplifier tout cela, dans un esprit d'équité et sans manichéisme.

Ce qui est d'ors et déjà possible de faire, c'est interdire de taxer ou imposer une taxe ou un impôt. La TVA sur la taxe locale et la CSG non déductible sont deux exemples d'abus scandaleux.

Le postulat de départ est que l'impôt progressif reste le plus équitable. Or, la TVA, les prélèvements sociaux (CSG, cotisations santé,retraites, chômage, etc.) sont à pourcentage fixe et non progressif. Cela pèse plus sur les petits revenus que sur les gros (prélever 10% d'un SMIC étant plus pénalisant que 10% de 100 000 euros).

L'impôt doit se justifier:

1- L'ISF

- L'ISF est calculé sur la valeur virtuelle d'un patrimoine. Cela amène à faire payer un impôt sur une richesse supposée et il se peut que la valeur du patrimoine se soit dépréciée le jour de la vente. Cet impôt est une sanction liberticide ! Au nom de quoi le fait d'acquérir un patrimoine plutôt que de dépenser ses revenus en loisirs devrait-il être sanctionné par une double peine fiscale, alors que ces revenus ont déja été imposés?

De plus, les oeuvres d'art sont exonérées de l'ISF, avantageant les milliardaires tout en transformant l'art en valeur nominale et monnaie scripturale et spéculative. Il y a probablement plus d'oeuvres d'art dans les coffres des banques que dans les musées.

Je propose la suppression de l'ISF.

 

2- L'impôt foncier

- L'impôt foncier n'a pas plus de légitimité. Sous prétexte que vous décidez d'acquérir votre résidence plutôt que de dépenser vos revenus en  automobiles,  voyages ou autres loisirs, l'Etat va vous imposer à nouveau. Un impôt contre les fourmis d'un état cigale .

Je propose la suppression de l'impôt foncier.

 

3- La taxe d'habitation et autres impôts locaux

- La taxe d'habitation est profondément injuste. Selon que votre ville, votre département, votre région a plus ou moins d'entreprises, plus ou moins d'infrastructures, plus ou moins d'habitants, votre taxe d'habitation pourra être du simple au quadruple. Or nous n'avons pas toujours le choix de son lieu d'habitation. Je propose que l'Etat verse tous les ans à chaque commune, département et région une somme fixe par habitant, supprimant ainsi le système de péréquation ville riche/ville pauvre. Autre intérêt, les entreprises se redéploieront sur tout le territoire, n'étant plus happées par l'attrait fiscal de certaines villes. Ainsi le rééquilibrage entre les zones d'emplois et les zones d'habitats se fera naturellement pour plus de mixité. On peut espérer la fin des transhumances quotidiennes de plus en plus longues et coûteuses en temps et en stress.

Je propose la suppression de la taxe d'habitation et autres impôts locaux.

 

4- L'impôt sur les successions

- L'impôt sur les successions est entaché de moralisme étatique, taxant plus un tiers héritier que le descendant ou l'ascendant; taxant autant l'héritier chômeur et l'héritier déja millionnaire. Je propose que les héritages soient déclarés comme revenus de l'année et imposé comme tout autre revenu, de manière progressive.

Je propose la suppression de l'impôt sur les successions.

 

5- TVA

- prélevée sur tout et n'importe quoi, des médicaments à la nourriture, c'est l'impôt le plus injuste; n'étant pas proportionnel au revenu du consommateur mais proportionnel au prix du produit acheté.

Je propose la suppression de la TVA.

 

6- Charges et prélèvements sociaux

Le salarié touchera son salaire brut augmenté des charges dites "patronales", qui ne sont que du salaire différé. Ainsi les patrons ne se plaindront plus de payer trop de charges! Cela remet en cause de facto le paritarisme syndical. Justement, ce n'est pas le rôle des syndicats de gérer les caisses de sécu, de chômage ou de retraites. Libérons les de ces tâches!

Les cotisations, intégrées dans l'impôt sur le revenu déconnectent les recettes des dépenses sociales.

Ainsi les éternels débats sur les trous des caisses de sécurité sociale, de chômage et des retraites ne se posent plus. L'Etat intègre dans son budget les dépenses nécessaires comme il le fait pour l'armée ou l'éducation nationale.

Je propose donc de supprimer tous ces impôts et taxes et de conserver uniquement l'impôt progressif sur le revenu.

Toutes les taxes et impôts sont intégrés dans un seul et unique impôt: l'Impôt Unique Progressif.

Quel que soit le type de revenu (héritage, plus value, salaire, rente, etc...), déclaré sur l'année fiscale, une seule règle de calcul de l'impôt.

La progressivité se ferait par un système de tranches, comme actuellement mais le plus progressif possible, sans bouclier fiscal, ni plafond (progressivité continuelle).

 

Entreprises:

Impôt sur les sociétés, taxe professionnelle, charges sociales, les employeurs ne cessent de dénoncer,  pas toujours à tort, le poids des contributions obligatoires qui faussent leur compétitivité.

Le système actuel basé sur la masse salariale pèse plus de fait  sur les entreprises à fort taux de main-d'oeuvre.

Je propose de remplacer toutes les charges, taxes et impôts par l'Impôt Unique Progressif Professionnel. Calculé sur les bénéfices nets il permet de ne pas désavantager les entreprises qui créent des emplois et de ne pas aggraver le bilan financier de celles qui dégagent un chiffre d'affaire non bénéficiaire.(c)

Déconnecté de la masse salariale, l'IUPP rend caduc le conflit entre celle-ci et les dividendes des actionnaires.

Déconnecté de la masse salariale, l'IUPP ne sanctionne pas les entreprises qui embauchent.

Progressif, l'IUPP rend plus équitable le poids de la contribution entre les entreprises, petites ou grandes, tout en n'écrasant pas fiscalement les entreprises qui font peu ou pas de bénéfice.

La progressivité et le taux de prélèvement fiscal des entreprises seront les mêmes que pour les particuliers.

 

Romain Desbois

 

a. Histoire de la déclaration des droits de l'Homme de 1789

b. Article XIV: Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs Représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

c. bénéfice net

 

Plus d'infos:

lexpansion:impot-mieux-vaut-etre-corse-que-parisien

quels-sont-differents-impots-percus-par-etat