Avertir le modérateur

26/09/2015

LE CHÔMAGE BAISSE !

chômage,pôle emploi,assedic,anpe,chômeurs,sarkozy,fillon,hollande,valls,medef,retraitePendant les années pré-sarkoziennes, les éconocastes et les experts de fiction de BFM nous expliquaient que le problème du chômage était dû au fait que l'ANPE n'était pas fusionnée avec l'Assedic. Sarkozy et Fillon dont on n'a pas encore fini d'évaluer les dégâts de leurs funestes entreprises ont donc fusionné pour créer Pôle Emploi. Désorganisant le travail du personnel de ces agences; un peu comme si on avait demandé à un chasseur de devenir aussi boucher et inversement; on entend les mêmes prêcheurs d'apocalypses dénoncer le fait qu'on a fusionné... l'ANPE et les ASSEDIC!!!

Faire et défaire; dire noir un jour et blanc le lendemain; c'est toujours justifier son emploi inutile! L'expert ne souffre pas de la crise, il en vit. Sans crise point besoin d'expertise!!! Tout système qui vit du malheur des autres est un système parasitaire!

 Alors voilà pourquoi, malgré le fait qu'ils disent tous en coeur vouloir baisser le chômage; "tout faire" comme le dirait le citoyen président; rien n'est fait effectivement. Tous ont la bonne excuse: LA CROISSANCE!!!! Désormais j'élimine de mes pôles d'intérêt auditif tous ceux qui prononcent ce mot! Non mais c'est pas écrit "LeFoll tordu" sur mon front!!! Pas de pitié pour les croissants! Yes, en économie je vote Club Dorothée (bon ok je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître)

Les dalton du PS (Vals, Le Guen, Le Roux, Le Foll) n'ont pas entendu parler des 38 000 chômeurs de plus de 60 ans qui ont cotisé suffisamment et doivent attendre le nouvel âge de départ à la retraite mis en place pour combler le trou Fillon des caisses de retraites? Grand saigneur, notre amateur de boucheries à l'arène vient de décider que pour les faire patienter, nous allons leur offrir une prime mensuelle de 300 euros. Au pays des usines à gaz, les Shadok sont au pouvoir!

Oui le chômage baisse!

Ces 38 000 chômeurs seraient légitimes à prendre leur retraite dès aujourd'hui puisqu'ils ont déjà cotisé plus que de raison! Ce n'est hélas que l'arbre d'une forêt de mensonges de masse.

Selon l'INSEE depuis plus de 80 ans peu ou prou il nait 800 000 personnes en France chaque année. Même en exagérant le nombre de morts avant 60 ans; disons pour faire large 100 000 décès par année de naissance; nous avons donc un peu plus de deux millions "d'actifs Fillon" ayant entre 60 et 63 ans.

Revenir au minimum à la retraite à 60 ans avec 37 ans et demi de cotisation ferait baisser ipso facto d'au moins deux millions le nombre de chômeurs. Effet kiss cool supplémentaire, cela augmenterait le pouvoir d'achat de nombre d'entre nous qui sont coincés derrière l'ancien qui tarde à laisser sa place au boulot. Car c'est ainsi que fonctionnent beaucoup d'entreprises , c'est le second qui prend la place du premier et ainsi de suite jusqu'au plus jeune embauché au bas de l'échelle. Les entreprises s'en mordent les doigts d'ailleurs du recul de l'âge de départ à la retraite car le fait de garder plus longtemps les anciens pèse lourd sur la masse salariale; les salaires étant en général plus élevés en fin de carrière. Ils n'avaient pas pensé à ça nos éconocastes ?

En attendant de mettre en place un revenu d'existence inconditionnel  vous qui passez sans me voir, arrêtez vous pour lire ce billet sans valeur fiduciaire! Et si vous avez encore un peu de temps de cerveau disponible entre deux pubs lisez et commentez ma proposition de réforme sur les retraites.

 Retraites: ma révolution

J'ajoute pour répondre à la sempiternelle réflexion sur le financement des retraites:

1) une augmentation en moyenne de 1% de tous les salaires suffit à combler le trou de 10 milliards annuels de la CNAV

2) plus de un milliard d'heures travaillées ne sont pas payées et donc sur lesquelles aucune cotisation n'est prélevée. (travail non payé, offert par l'employé, différent des heures supp et du travail au noir)

3) le transfert de chômeurs vers la retraite doit évidemment s'accompagner du transfert de charges. On peut donc baisser les cotises chômage et augmenter les cotises retraite de l'équivalent. Le bonus est que ces chômeurs qui entreront dans la carrière quand leurs ainés n'y seront plus vont aussi cotiser pour les retraites, ce qu'ils ne font pas en tant que chômeurs.

C'est ce qu'on appelle un cercle vertueux, encore faut-il prendre le bon bout de la pelote de laine! Au lieu de filer un mauvais coton!

 

RomainDesbois

04/07/2013

CHÔMAGE OU RETRAITE ?

chômage,retraite,filoche,hollande,président,république,france,romain desbois,cnav,longévité,retraités,chômeurs,salaire,cotisations,pôle emploi,attali,retraite à points,carrière,poltique,démocratie,économie,social,réforme,balladur,fillon,sarkozy,gauche,socialiste,ayrault,entreprises,salariés,employeurs,charges socialesMonsieur le Président de la République, vous avez fermement dit lors de vos vœux que vous alliez tout faire pour que le chômage baisse.
Or vous annoncez maintenant qu’il va falloir travailler plus longtemps !
J’y vois une contradiction car vous n’ignorez pas que 1 million de chômeurs ont plus de 50 ans, que 60% des français de plus de 55 ans sont au chômage !
Pour la première fois depuis la mise en place du système par répartition les futurs retraités auront moins que ceux pour qui ils ont cotisé toute leur carrière.
Des pistes pourtant ne sont pas explorées comme par exemple la progressivité des taux de cotisations.
Mais surtout il faut cesser de penser que les retraités sont un poids pour l’économie du pays. Bien au contraire, les retraités consomment ; ils jardinent, bricolent, voyagent, gardent leurs petits-enfants, s’occupent de leurs parents entrés dans le grand âge, sont la colonne vertébrale du milieu associatif tant envié dans le monde entier ; ils créent des emplois !
L’argument de l’allongement de l’espérance de vie est fallacieux ! Statistiquement les femmes vivent plus longtemps que les hommes ; faut-il alors selon cet argument qu’elles partent plus tard que les hommes à la retraite? On voit les limites de l’argument.
D’autant plus que cette moyenne cache bien des différences selon que vous avez eu un métier pénible, que vous avez eu de petits revenus ou/et que vous avez commencé à travailler tôt ou pas.
Jacques Attali, bien que partisan de l’augmentation du nombre d’années travaillées a bien résumé le problème : « Reculer l’âge du départ en retraite, c’est faire payer aux pauvres la retraite des riches ».
Est-ce cela une mesure de gauche ?
Cherchons la cause du déficit des caisses de retraite avant toutes choses ! Il serait bon de faire un audit de la CNAV semble –t-il car entre le salaire « secret défense » de sa présidente et les 80 000 aides ménagères payées indûment par les cotisations retraites en passant par les frais de communication et autres subventions à des évènements culturels ou sportifs, on ne se demande plus si nos cotisations sont bien gérées.
Selon les chiffres de l’inspection du travail donnés par Gérard Filoche, il y aurait par an, 1 milliard d’heures travaillées non payées et donc sur lesquelles il n’a pas de cotisations sociales ! Renforcer les contrôles serait bien une façon de faire rentrer des cotisations tout en augmentant le pouvoir d’achat des salariés lésés. Cet excellent inspecteur du travail à la retraite rappelle qu’une augmentation de seulement 1% des salaires (en moyenne), c’est 10 milliards d’euros de plus par an de rentrée dans les caisses de la CNAV.

Vous pouvez réduire sensiblement et rapidement le nombre de chômeurs grâce à l’avancement de l’âge de la retraite. Annuler la reforme Balladur/Fillon supprimerait au minimum 1 million de chômeur dans l’année !
C’est un cercle vertueux que vous enclencheriez là, car les centaines de milliers de salariés qui partiraient en retraite permettraient de donner du pouvoir d’achat à nombre de leurs collègues qui par le jeu des promotions internes les remplaceraient sans que cela coûte un centime aux entreprises !
Monsieur le Président si vous voulez vraiment lutter efficacement contre le chômage, vous devez permettre à des millions de français de partir à la retraite maintenant ! Ne craignez pas de gonfler les déficits des caisses de retraite puisque les chômeurs qui les remplaceront cotiseront à nouveau pour ces retraités et feront baisser la charge des indemnités chômage (qui au demeurant pourraient être transférées aux retraites).
Pour conclure je n’ose même pas évoquer le côté social voire socialiste de mes propositions exposées ici.
Je sais que ce courrier ne sera jamais entre vos mains et qu’un fonctionnaire sera chargé de faire une réponse passe partout. Aussi je me permets de le rendre public et de le diffuser le plus largement possible.
Il est néanmoins évident qu’il faut réformer le système des retraites pour aller vers un système à points, plus juste et qui permettrait à chaque salarié de mieux pouvoir gérer son déroulement de carrière.
Ce système est de toute façon dès sa conception aberrant puisqu’il faut au moins deux cotisants pour un retraité et donc à chaque génération avoir deux fois plus de gens qui cotisent, ce qui est impossible.
Avec le plus grand respect d’un citoyen engagé.
RomainDesbois

 

22/11/2012

LA FAIM DU MONDE EST POUR NOEL.

sdf,morts de la rue,don quichotte,clochards,samu,frois,noel,illumination,paris,Comme tous les ans , les communes vont dépenser sans compter pour les illuminations de Noël. Alors que l’on n’a de cesse de nous refuser meilleure fortune, que même les plus démunis d’entre nous vont devoir trouver une ceinture; pas de logis pour les mal-logés; pas de fix pour les "sang domicile". Y a pas de sous nous dit-on en attendant de s’apitoyer sur les prochains morts de la rue.


Le journal du net a eu l’excellente idée de recenser le coût de ces brillantes dépenses pour 18 des plus grandes villes de France : journal du net.com/economie/enquete/illuminations-noel-villes

Par ordre décroissant (mais pas pour les SDF) :

Nice,     1.520.000 euros

Marseille,    760.000 eurossdf,chômage,crise,illumination,noel,clochard,paris,pauvreté,morts de la rue,don quichotte

Paris,     684.000 euros

Nantes,     600.000 euros

Reims,     551.119 euros

Bordeaux,     450.000 euros

Strasbourg,     450.000 euros

Colmar,     403.000 euros

Montpellier,     375.000 euros

Lyon,     360.000 euros

Saint-Etienne,     360.000 euros
   
Rennes,     322.000 euros

Le Havre,     220.000 euros

Saint-Tropez,     220.000 euros

Grenoble,     210.000 euros

Lille,     200.000 euros

Biarritz,     150.000 euros

Toulouse,     147.530 euros

Dans ces villes, la pauvreté c’est comme partout, le paquet cadeau fait apprécier tellement mieux la crise gadget. Mais vous n’entendrez dans les médias que la question du suspense atroce de savoir si la pouffe de service va bien trouver le bouton.

Gandhi disait : « il faut vivre simplement afin que d’autre puissent simplement vivre ». Sans tomber dans un ascétisme assez timide, ce message altruiste est digne d’être rappelé à tous ceux qui se plaignent de notre société supposément individualiste.

Mais le français n’est pas partageux. Grand diseux et petit faiseux surtout ; seuls 14% des contribuables imposables déclarent des dons alors que 77% de ces dons sont déductibles de l’impôt sur le revenu (77% pour les dons aux associations d’aide à la personne, 60% pour les dons aux autres associations reconnues d’utilité publique)

AUJOURD’HUI, ON N’A PAS LE DROIT D’AVOIR FAIM NI D’AVOIR FROID , avez-vous déjà oublié Coluche bande d’enfoirés !

sdf,chômage,crise,illumination,noel,clochard,paris,pauvreté,morts de la rue,don quichotteSi la misère est moins dure au soleil, il faut croire qu’elle est plus acceptable sous le vernis de Noël. La mort est tellement plus belle sous les lampions.

Peut-être que des humains, des vrais, avec des gros morceaux de coeur à l'intérieur, accompagneront ces morts de noël dans un endroit sans lumière mais je frémis de penser que c'est peut-être la première fois qu'on leur offrira des fleurs.

« la meilleure façon d’aider un homme est de lui permettre d’aider plus pauvre que lui » Abbé Pierre.

A l’aube de la fin du monde pour beaucoup de ces êtres, je tiens à rendre hommage à un grand Monsieur qui selon moi a écrit la plus belle chanson au monde.


Brel : Quand on n’a que l’amour
Quand on n’a que l’amour
Pour parler aux canons
Et rien qu’une chanson
Pour convaincre un tambour.
Alors sans avoir rien
Que la force d’aimer
Nous aurons dans nos mains
Ami le monde entier.

RomainDesbois

Voir aussi :

Collectif Les Morts de la Rue

Les enfant de Don Quichotte

Hiver 54... ans après

Faut-il tuer les SDF? d'Arianne Walter

Quand nos caisses jouent nos retraites à la bourse

Tous logés à la même enseigne?

Fonctionnaires, trop c'est trop !!!

Fric frac dans les régions.

26/03/2009

MEDEF: U l t I M a t u M

15.jpgTous les jours des scandales mettent en scène des patrons et leurs rémunérations comme pour exorciser la crise par quelques sacrifices médiatiques, boucs émissaires envoyés pour assouvir la soif vengeresse du peuple et sacrifiés au nom du sauvetage de la doctrine libérale.

Le facteur crise amplifie la chose et le Président prend des airs de trotskiste à en faire pâlir Besancenot.

Au 31 mars la matrone des patrons doit rendre son devoir sinon le maître des lieux va lâcher les chiens.... en juin et voir... en septembre si on ne fera pas une... proposition de loi.

Même pas peur! lui rétorque la maldonne du MEDEF (Milliards Engloutis Dette Epongée par les Fiscalisés). Et pour cause! Nicolas Sarkozy cherche à gagner du temps pensant que le temps c'est de l'argent des riches que l'on n'a pas à redistribuer. Sûr de son coup, il compte bien sur les lenteurs de nos élus pour que la reprise excomptée en 2010 efface de la mémoire collective ces fâcheux contre temps .

Droit dans ses bottes (l'on parle d'un retour au gouvernement du célèbre auteur de l'expression), le Président de la République Française ne veut rien lâcher de son programme quitte à pratiquer la langue de bois. Certes il n'a pas été élu pour augmenter les impôts et d'ailleurs ce n'est pas ce qu'on lui demande. Faire croire que revenir sur des exonérations fiscales serait augmenter les impôts est une manipulation.

De l'exonération de charges sociales, que ce soit pour les zones franches ou des heures supplémentaires, aux emplois aidés en passant par le RSA qui permettra  à l'Etat de payer à l'ex-RMIste une partie de son salaire à la place de son entreprise, démontre que le but du chef de l'Etat est de transférer les charges des entreprises à la collectivité nationale. C'est son fil rouge.

Mais on aurait tort de penser que le problème vient de la crise qui n'est que la conséquence d'un système qui n'a pas su se modérer.

La désindexation des salaires de l'inflation entrainant la perte de pouvoir d'achat et les oeuvres d'art exonérées d'ISF faisant dire à certains que cet impôt absurde fait payer les millionnaires en épargnant les milliardaires ont été institués par un gouvernement de gauche. Osera-t-on rappeler que c'est DSK qui défiscalisa les stocks-options?

Responsables mais pas Coupat, aucun n'ira prendre retraite dans une cellule louée par l'Etat.

Partager le travail élargit l'assiette des cotisations, permettant de les baisser voire de les supprimer (pas de chômage, pas de cotisations chômage). Au delà du côté social, humain que l'on a tort de ne pas intégrer en économie, tout le monde y gagne!

1789/2009 un même slogan semble réunir ces deux tournants de l'Histoire: PARTAGEZ SINON ON VOUS PRENDRA TOUT!

 

10/05/2008

VIVE LA SEMAINE DE 32 HEURES!

1872367692.jpgLe mois de mai nous donne un avant-goût de ce que pourrait être le partage du temps de travail. Un jour férié en plus du week-end et l'on se sent presque en vacances. Appliquons la semaine de 32 heures et nous serons en mai toute l'année. En plus de résorber le chômage et de donner une qualité de vie inégalée pour les salariés, cela a d'autres répercutions positives sur la société. Les transports en commun et la circulation automobile par exemple; aller un jour de moins par semaine au travail, c'est autant d'embouteillages en moins, de trains et métros moins bondés. Car certains ne travailleraient pas le lundi, d'autres le vendredi ou le mercredi. Les entreprises pourraient fonctionner sept jours sur sept, le dimanche payé double feraient que ceux qui travaillent ce jour là ne feraient que trois jours dans la semaine. La semaine de 32 heures offre plein de possibilités autrement plus simples à mettre en place que l'usine à gaz des RTT.

20% de la population accapare 80% des richesses!

Deux grands courants de pensée s'opposent; il y a ceux qui pensent qu'il suffit de faire grossir le gâteau de façon à laisser des miettes plus grosses aux pauvres et il y a ceux qui estiment qu'en attendant que le gâteau grossisse, il faut que les parts soient plus équitables.

A salaire égal à 40 heures, au moins pour les plus bas salaires, le coût de la semaine de 32 heures serait compensé à terme par la suppression des cotisations chômage, devenues inutiles.