Avertir le modérateur

30/07/2015

PAS DE CALAIS OU CAS DE PALAIS?

IMMIGRATION:
69.jpgLe monde marche sur la tête, schizophrénie totale!
Pendant que des milliers de gens se noient en essayant de trouver une vie meilleure hors de leur pays de naissance, que l'on repousse les survivants, trois mille personnes au nord de la France souhaitent nous quitter et sont prisonniers de notre pays! Mais dans quel monde vivons-nous?
Les humains naissent libres et égaux en droit... Rappelons le autant de fois qu'il sera nécessaire de le faire! La politique nauséabonde de l'immigration choisie (par l'Etat) est une violation de notre constitution !
Étrangement (mais est-ce si étrange que ça) ceux qui veulent fermer les frontières sont souvent ceux qui portent leur crucifix en bandoulière.
Mais se préoccupent-ils seulement des causes? La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde mais encore faut-il qu'elle n'y contribue pas!
Entre les guerres militaires et les guerres économiques, oui nous y prenons bien plus que notre part. Qui a dit que la guerre était une autre façon de faire de l'économie déjà ?
Savez vous que nous subventionnons nos exploiteurs "éleveurs" afin qu'ils puissent exporter au moindre coût et concurrencer les autochtones d'Afrique ou d'ailleurs? Savez-vous que lorsque vous donnez des fringues neuves ou quasi neuves à Emmaüs , cette association les revend sur les marchés d'Abidjan ou d'ailleurs, à vil prix, mettant sur la paille  les artisans locaux? Pour avoir une balance excédentaire nous subventionnons à tout va! Quelle imbécilité et hérésie économiques! Car la balance pourra toujours être positive si on oublie de déduire les centaines de milliards dépensés pour cela; avec les conséquences animales humaines et non humaines, écologiques, économiques que cela entraine!
Cessons de nourrir des coucous dans notre nid ! Non  la misère n'est pas plus facile au soleil!
Et en plus on chipote pour savoir si on va accueillir 10, 20 voire 30 mille personnes de plus? Nous européens qui vivons dans la région la plus riche du monde, on ne pourrait pas faire aussi bien que le Liban dont 25% de sa population sont des réfugiés?
Honte à nous!
Ce n'est pas en durcissant les lois et les règles que l'on réglera le problème bien au contraire. Plus il est difficile d'immigrer et plus ceux qui réussissent à le faire seront contraints de rester alors que la majorité ne demande qu'à repartir dès qu'il ont retrouvé meilleur fortune. Moralité, comme les lois les contraignent à rester sous peine de ne plus pouvoir revenir, ils rencontrent l'amour; font des enfants; s'installent. La vie quoi!
Et une fois installés, que les enfants sont nés en France, cela devient inextricable pour les parents de penser retourner au pays. Quel expatrié n'a pas connu ce dilemme du retour écartelé, entre retrouver ses racines et devoir laisser ses enfants , sa famille, ses amis.
Parce qu'au delà des chiffres on oublie trop souvent que l'on parle d'êtres sensibles, de chair et de sang! Trop souvent de sang....

RomainDesbois

29/09/2012

FRIC FRAC DANS LES REGIONS

32b.jpgAlors que l'on ne cesse de nous dire qu'il n'y a pas d'argent, que la ceinture est de rigueur, Monsieur Fabius, n'ayant certainement rien d'autres à faire vient de dépenser 85 000 euros, pour organiser en son château ministère, une exposition de peintures empruntées à nos musées .

Ce n'est que la partie visible de l'iceberg ne troublant même pas la surface médiatique.

Et pourtant dans le 20minutes du 6 septembre 2012, en page culture, on informe le quidam de la gabegie de l'Etat dans le domaine culturel. Les Fonds Régionaux d'Art Contemporain (FRAC) fêtent leur trente ans.  Ces FRAC ont été créés pour aider les artistes français via une politique d'achat d'oeuvres à destination des musées locaux. Mais les musées n'en voulant pas, les FRAC , au fil du temps ont amassé une importante collection d'oeuvres stockées à l'abri du regard des manants taxés.

Aussi quoi de plus logique, les régions ont décidé de construire de nouveaux musées, six sont en chantier sur les vingt-trois que comptera la France. Et pas du genre cabane de chantier que l'on offre royalement aux SDF, étudiants ou privilègiés du RSA; "Les nouveaux FRAC sont ambitieux sur le plan architectural et des politiques urbaines" claironne fièrement Marie-Cécile Burnichon de PLATFORM, réseau des vingt-trois FRAC!

Du coup les sommes consacrées à soutenir l'activité artistique française sont fagocytées par la gestion de ces collections entassées. Au point que certains FRAC ne peuvent plus quasiment rien acquérir. La construction de ces musées ne va cependant rien arranger puisque sur les six bâtiments en construction, la plupart des réserves sont déjà virtuellement pleines.

Qui a fréquenté le milieu de l'art sait pourtant que l'entregent est plus important que les qualités artistiques.

Rien de nouveau sous le soleil royal, à l'occasion d'une prise de conscience sur le risque d'une future crue centennale, la responsable du musée du Louvre avouait que soixante pour cent des oeuvres en leur posséssion croupissent dans les réserves et qu'elles ne seront jamais exposées par manque de place !!!!!

Point de crise d'austérité, ni de manque de terrain pour l'art; chose sacrée à laquelle il ne faut pas toucher.

Cet hiver, on trouvera bien quelques sans-abris pour décorer de leur mort les parvis de nos trop chers temples de natures mortes.

Romain Desbois

15/05/2008

QUAND L'ETAT EST PILLE PAR SES SERVITEURS

1630940912.jpgLes caisses sont vides pour les citoyens de France mais pas pour le train de vie de l'État. Les journées du patrimoine vous feront découvrir cette débauche de luxe. Pourtant, la France ne sait pas ce qui lui appartient. N'ayant jamais eu d'inventaire, certains en ont profité largement. Il est, parait-il, coutume qu'un ministre quitte ses fonctions en gardant un "petit" souvenir. Qui un meuble, qui un tableau ou une statuette, petit à petit l'État se fait dépouillé par ses serviteurs, tout à fait illégalement. Des dizaines de milliers d'objets d'art disparaissent sans que plainte ne soit déposée. Pour afficher la "grandeur" de la France, nos ambassades ne font pas dans la modestie et nos ambassadeurs confondent souvent leurs biens personnels avec ceux dont ils ont la charge, appliquant le bon vieux principe de "ce qui est à toi est à moi".

Les caves des musées regorgent de trésors qu'ils n'exposeront jamais, plus de 50% au Louvre selon son conservateur. On dépense sans compter pour avoir la plus belle oeuvre d'un artiste ou la plus belle antiquité, quelque fois même de manière pas très déontologique; oeuvre qui remplacera celle jugée mineure et qui sera remisée à vie. Car l'État interdit que tout ce qui lui appartient soit vendu! C'est ce que dénonce Emmanuel Pierrat dans "Museum connection: enquête sur le pillage de nos musées" aux éditions FIRT

Il est plus que temps que nos élus qui stigmatisent les pauvres, "profiteurs de la solidarité nationale", s'appliquent les règles de probité qu'ils veulent nous imposer. Car ils oublient que le patrimoine de la France appartient aux Français, au même titre que la dette.

écouter source