Avertir le modérateur

15/09/2008

DES F3 PLUTOT QUE DE LA F1!

211523309.jpg

La très catholique Christine Boutin reconnait ne pas avoir de baguette magique pour créer les 600 000 logements dont la France aurait besoin. Alors Père Noël, elle n'a pas été sage? Et son dieu, ça le fait tant jouir que ça de voir autant de gens galérer. Eux aussi, y z'ont vendu des hosties pas fraîches?

Sarkozy a fait une promesse qui n'est pas tombée dans l'oubli pour beaucoup d'entre nous. Zéro SDF!!!! Difficile de faire mieux. Encore faut-il mettre à la tête des affaires des gens compétents. Car à les entendre il n'y a pas assez d'espace, de logements, d'argent pour régler les problèmes de logement.

Quelques exemples qui prouvent que l'on nous raconte des conneries.

Dans l'île Seguin libérée par Renault se construit de palaces 5 étoiles, de logements de haute gamme et d'un centre de recherche contre le cancer. On a même faillit avoir un musée du luxe mais LVMH, l'ami de Sarko, voulait des subventions de l'Etat. Pas de place pour les pauvres sur ces dizaines d'hectares.

Dans la Manche, alors que des dizaines de personnes se retrouvent à la rue, le Fonds de Solidarité Logement engrange 1,6 millions d'euros. source

Rien qu'à Paris des immeubles entiers, des rues entières sont transformés en bureaux, salles de conférences, salles de réception etc... pendant que l'on chasse les gens dans des barres HLM, vers des banlieues de plus en plus éloignées.

La loi de Robien permet de se faire rembourser par l'Etat jusqu'à 60% du prix du logement acheté si vous le louez. Vous avez bien lu, ce sont nos impôts qui paient les appartements de nos proprios! Plus efficace et certainement moins cher, l'Etat pourrait faire des crédits à 0% pour ceux qui souhaitent devenir propriétaires de leur logement.

Plutôt que d'enrichir les marchands de sommeil (jusquà 2000 euros par mois pour une chambre dans un taudis), les services sociaux devraient pouvoir se porter caution après des propriétaires qui (on peut les comprendre) rechignent à louer à des indigents. Là aussi on ferait mieux pour moins cher.

Et puis, cerise sur le gâteau, comme la Fédération Française de Formule 1 considère que Le Mans ou la Nièvre ça fait pas chic, elle a fait pression pour qu'un grand circuit soit construit à la périphérie de Paris. Trois villes de l'Ile de France dont Sarcelles ont répondu à l'appel. Des centaines d'hectares sont donc disponibles pour la F1 et ne seraient pas constructibles pour les SDF et les mal logés? On nous avait déjà fait le coup avec le Grand Stade. Hé Borloo, il serait temps que tu fasses ton boulot au lieu d'aller à l'OPEP négocier la baisse du pétrole.

Boutin a su trouver 4,3 millions d'euros pour loger d'urgence les victimes de la tornade. Les assurances sont tellement riches qu'elles auraient pu être sollicitées par l'Etat, mais non les assurances n'assurent que ce qui ne craint. Alors pour ceux qui ne sont pas assurés...Madame Boutin, l'urgence c'est aussi et d'abord ceux qui n'ont rien, à la rue ou dans des bidonvilles.

Pour Sarkozy il n'y a pas d'espoir hors la religion. Allez les pauvres, croyez en un monde meilleur mais après la mort! Allez prier mes biens chers pauvres car c'est dans le désespoir que les églises recrutent leurs meilleurs proies.

Quand on voit les personnalités "Fous de la Messe" qui péroraient aux Invalides, je me dis qu'après tout c'est une bonne contre publicité. Les pourris valent bien une messe.

C'est pas spirituel ça?!

Romain Desbois

06/06/2008

COMME ON TRAITE LES ANIMAUX, ON TRAITE LES HUMAINS

1262503840.jpg1605090339.jpg

Enzo, 2 ans vient de succomber sous les coups de son beau-père. Maître-chien, ce dernier des derniers a expliqué qu'il voulait apprendre à l'enfant à obéir comme il le faisait avec ses chiens. Tout est dit. Si l'on s'était préoccupé de la façon dont il traitait ses animaux, Enzo aurait été sauvé.

Mais tout le monde se fout du calvaire des animaux. Voilà le résultat et personne ne fera le rapprochement.

Fourniret expliquât lors de son procès qu'il traquait ses victimes comme un braconnier traque ses proies. Tous les profileurs du monde savent qu'à de rares exceptions, tous les tueurs en série ont commencé par se faire la main, souvent dès l'enfance, en torturant des animaux. Ils développent ainsi un sentiment de puissance sadique et d'impunité. Dès lors, tant que la société ne se préoccupera pas sérieusement du sort des bêtes, elle fabriquera des tueurs en série.

Si on ne le fait pas par compassion pour les animaux, que se soit au moins pour tous les Enzo du monde.

 

28/05/2008

QUAND L'OPPRIME DEVIENT L'OPPRESSEUR

667750757.jpgAprès avoir subit l'oppression des blancs lors de l'Aparteid, voilà que certains Sud-Africains massacrent d'autres noirs sous prétexte qu'ils mangeraient leur pain, leur prendraient leur travail. Les Zimbabwéens fuient la dictature qui a fait régresser leur pays parmi les plus riches du continent. Massacrant tout ce qui avait un lien avec les descendants des colons blancs, y compris leurs animaux, les Zimbabwéens ont exorcisé des siècles d'oppression de la pire manière. Le pays, à terre économiquement, fait fuir les plus pauvres qui se retrouvent à leur tour massacrés par d'aussi pauvres qu'eux. Le racisme se développerait-il dans le lit de la pauvreté?

Avons-nous déjà oublié que le nazisme a prospéré dans ce lit? La valeur de l'argent se dévaluait si vite qu'un billet valait cent fois moins du jour au lendemain, au point que l'État Allemand n'avait plus le temps d'éditer de nouveaux billets et imprimait la nouvelle valeur par dessus l'ancienne, au tampon encreur. Le peuple était alors, près à entendre les sirènes d'Hitler. Il lui a suffit de promettre aux Allemands du travail (travailler plus pour gagner plus) et surtout de désigner un responsable. Partout la tentative d'opposer les uns aux autres existe. Et nous retrouvons le syndrome de Frankeinstein; jamais il n'est expliqué la génèse des choses. Qui a mis à genoux l'économie allemande; a jeté les Palestiniens dans les bras islamistes; a continué de se comporter en colons au Zimbabwé?

Le racisme, le terrorisme sont les conséquences non les causes; bien que ni l'un, ni l'autre ne sont excusables.

Il y a vraiment de quoi désespérer de l'humain.

24/05/2008

LORSQUE L'ENFANT DISPARAIT

1101330551.jpgS'il y a bien unanimité, c'est au sujet de la protection des enfants. Sur le papier au moins. La société semble moins tolérante envers un pédocriminel, improprement appelé pédophile qu'envers un marchand d'armes par exemple. Pourtant le second a plus de sang d'enfant sur les mains que le premier. On punit l'un et on décore l'autre; il faut croire que mutiler ou réduire en bouillie un enfant est moins grave que de le violer.

Quelle protection offre notre société aux enfants? Des dizaines disparaissent tous les ans et ne sont pas retrouvés. Les retrouver devrait être la priorité des priorités. Difficilement imaginable si on ne l'a pas vécu soit même, le calvaire des familles est tel qu'il peut rendre fou. Fou de ne rien savoir, fou de douleur, fou de l'attente d'une mauvaise nouvelle, fou de l'impuissance.

Souvenez vous des bien-pensants qui crachaient sur l'émission "Perdu de vue", animé par Jacques Pradel. Ils ont fini par avoir la mort de l'émission. Tout est rentré dans l'ordre. Les familles se sont retrouvées avec un espoir en moins, avec une chance en moins de retrouver leurs enfants sains et saufs. C'était une émission de service publique; grâce à elle, l'affaire des disparues de l'Yonne a été élucidée. Car la disparition de jeunes filles handicapées mentales n'intéressait personne. Combien de victimes épargnées si l'on avait fait bien plus tôt ce que Jacques Pradel a fait.

Il y a pourtant une chose que la société peut faire: diffuser à chaque fin de journal télévisé, la photo de quatre ou cinq gosses recherchés, tous les jours, à chaque fois. Rien de bien compliqué, nos médias ont su le faire pour les journalistes français otages. S'il ne le font pas pour les enfants, alors il sera difficile de ne pas penser que pour leurs collègues, c'était d'abord du corporatisme.

La confiance d'un enfant est le chemin qu'adulte il oubliera: celui d'un monde ou le mal n'existe pas. C'est ce chemin qu'il faut retrouver, en faisant tout pour les retrouver.

10/05/2008

VIVE LA SEMAINE DE 32 HEURES!

1872367692.jpgLe mois de mai nous donne un avant-goût de ce que pourrait être le partage du temps de travail. Un jour férié en plus du week-end et l'on se sent presque en vacances. Appliquons la semaine de 32 heures et nous serons en mai toute l'année. En plus de résorber le chômage et de donner une qualité de vie inégalée pour les salariés, cela a d'autres répercutions positives sur la société. Les transports en commun et la circulation automobile par exemple; aller un jour de moins par semaine au travail, c'est autant d'embouteillages en moins, de trains et métros moins bondés. Car certains ne travailleraient pas le lundi, d'autres le vendredi ou le mercredi. Les entreprises pourraient fonctionner sept jours sur sept, le dimanche payé double feraient que ceux qui travaillent ce jour là ne feraient que trois jours dans la semaine. La semaine de 32 heures offre plein de possibilités autrement plus simples à mettre en place que l'usine à gaz des RTT.

20% de la population accapare 80% des richesses!

Deux grands courants de pensée s'opposent; il y a ceux qui pensent qu'il suffit de faire grossir le gâteau de façon à laisser des miettes plus grosses aux pauvres et il y a ceux qui estiment qu'en attendant que le gâteau grossisse, il faut que les parts soient plus équitables.

A salaire égal à 40 heures, au moins pour les plus bas salaires, le coût de la semaine de 32 heures serait compensé à terme par la suppression des cotisations chômage, devenues inutiles.