Avertir le modérateur

13/07/2013

FONCTIONNAIRE MALGRE LUI

fortin,fonctionnaireJean-Michel Fortin était un fonctionnaire comme on aimerait qu'il en existât encore. Tout au long du récit de sa vie de labeur, on sent à en souffrir tout le mal que l'auteur a eu pour excercer son métier pas si privilégié.

Cependant ce fonctionnaire malgré lui n'ose pas aller dans les détails de toutes ses mésaventures. Déformation professionnelle probablement  mais qui nous laisse frustrés.

Car l'on sent à chaque page que des scandales étouffés, des comportements mafieux, des passe-droits et des abus de toutes sortent ont été les embûches d'une carrière pourtant bien remplie.

Ce sacerdoce d'un des derniers hussard de la République ne sera pas reconnu par le peuple, ni des hommes politiques dont il a servi d'esclave.

 Même si la lecture est laborieuse par les lourdeurs des répétitions qui en font un style conçu pour marteler ce que l'auteur veut exorciser, on regrette que le livre ne soit pas le premier tome introductif d'une série haletante sur les dessous de la démocratie.

Mais l'on ne peut s'étonner de ce que l'on lit entre les lignes. La pudeur de l'auteur aura eu raison de son envie de dénoncer les travers de l'âme humaine. Je le déplore.

Quand on ferme le livre, après avoir lu le dernier chapitre où l'on sent poindre l'homme plus que le fonctionnaire, on ne peut qu'espérer que ce n'est que le premier ouvrage d'un homme libéré du joug de sa fonction.

C'est que qu'on peut souhaiter à ce fonctionnaire malgré eux.

Romain Desbois

04/07/2013

CHÔMAGE OU RETRAITE ?

chômage,retraite,filoche,hollande,président,république,france,romain desbois,cnav,longévité,retraités,chômeurs,salaire,cotisations,pôle emploi,attali,retraite à points,carrière,poltique,démocratie,économie,social,réforme,balladur,fillon,sarkozy,gauche,socialiste,ayrault,entreprises,salariés,employeurs,charges socialesMonsieur le Président de la République, vous avez fermement dit lors de vos vœux que vous alliez tout faire pour que le chômage baisse.
Or vous annoncez maintenant qu’il va falloir travailler plus longtemps !
J’y vois une contradiction car vous n’ignorez pas que 1 million de chômeurs ont plus de 50 ans, que 60% des français de plus de 55 ans sont au chômage !
Pour la première fois depuis la mise en place du système par répartition les futurs retraités auront moins que ceux pour qui ils ont cotisé toute leur carrière.
Des pistes pourtant ne sont pas explorées comme par exemple la progressivité des taux de cotisations.
Mais surtout il faut cesser de penser que les retraités sont un poids pour l’économie du pays. Bien au contraire, les retraités consomment ; ils jardinent, bricolent, voyagent, gardent leurs petits-enfants, s’occupent de leurs parents entrés dans le grand âge, sont la colonne vertébrale du milieu associatif tant envié dans le monde entier ; ils créent des emplois !
L’argument de l’allongement de l’espérance de vie est fallacieux ! Statistiquement les femmes vivent plus longtemps que les hommes ; faut-il alors selon cet argument qu’elles partent plus tard que les hommes à la retraite? On voit les limites de l’argument.
D’autant plus que cette moyenne cache bien des différences selon que vous avez eu un métier pénible, que vous avez eu de petits revenus ou/et que vous avez commencé à travailler tôt ou pas.
Jacques Attali, bien que partisan de l’augmentation du nombre d’années travaillées a bien résumé le problème : « Reculer l’âge du départ en retraite, c’est faire payer aux pauvres la retraite des riches ».
Est-ce cela une mesure de gauche ?
Cherchons la cause du déficit des caisses de retraite avant toutes choses ! Il serait bon de faire un audit de la CNAV semble –t-il car entre le salaire « secret défense » de sa présidente et les 80 000 aides ménagères payées indûment par les cotisations retraites en passant par les frais de communication et autres subventions à des évènements culturels ou sportifs, on ne se demande plus si nos cotisations sont bien gérées.
Selon les chiffres de l’inspection du travail donnés par Gérard Filoche, il y aurait par an, 1 milliard d’heures travaillées non payées et donc sur lesquelles il n’a pas de cotisations sociales ! Renforcer les contrôles serait bien une façon de faire rentrer des cotisations tout en augmentant le pouvoir d’achat des salariés lésés. Cet excellent inspecteur du travail à la retraite rappelle qu’une augmentation de seulement 1% des salaires (en moyenne), c’est 10 milliards d’euros de plus par an de rentrée dans les caisses de la CNAV.

Vous pouvez réduire sensiblement et rapidement le nombre de chômeurs grâce à l’avancement de l’âge de la retraite. Annuler la reforme Balladur/Fillon supprimerait au minimum 1 million de chômeur dans l’année !
C’est un cercle vertueux que vous enclencheriez là, car les centaines de milliers de salariés qui partiraient en retraite permettraient de donner du pouvoir d’achat à nombre de leurs collègues qui par le jeu des promotions internes les remplaceraient sans que cela coûte un centime aux entreprises !
Monsieur le Président si vous voulez vraiment lutter efficacement contre le chômage, vous devez permettre à des millions de français de partir à la retraite maintenant ! Ne craignez pas de gonfler les déficits des caisses de retraite puisque les chômeurs qui les remplaceront cotiseront à nouveau pour ces retraités et feront baisser la charge des indemnités chômage (qui au demeurant pourraient être transférées aux retraites).
Pour conclure je n’ose même pas évoquer le côté social voire socialiste de mes propositions exposées ici.
Je sais que ce courrier ne sera jamais entre vos mains et qu’un fonctionnaire sera chargé de faire une réponse passe partout. Aussi je me permets de le rendre public et de le diffuser le plus largement possible.
Il est néanmoins évident qu’il faut réformer le système des retraites pour aller vers un système à points, plus juste et qui permettrait à chaque salarié de mieux pouvoir gérer son déroulement de carrière.
Ce système est de toute façon dès sa conception aberrant puisqu’il faut au moins deux cotisants pour un retraité et donc à chaque génération avoir deux fois plus de gens qui cotisent, ce qui est impossible.
Avec le plus grand respect d’un citoyen engagé.
RomainDesbois

 

12/12/2012

UNE CAISSE POUR LES PENSIONS ALIMENTAIRES

Nombreuses sont les femmes qui n'arrivent pas à percevoir la pension alimentaire des enfants dont elles ont la garde.

Source de conflits aboutissant quelquefois à des violences voire des homicides, plus généralement cela plonge les familles dans la plus extrême précarité.

De plus cela engorge la justice de procès répétitifs pourtant facilement évitables.

Je propose de créer un intermédiaire entre les parties : une Caisse de Compensation des Pensions Alimentaires (CCPA)

 

FONCTIONNEMENT

1 Le parent payeur verse son dû à la CCPA, tout retard est assujetti à des intérêts.

2 Le parent "bénéficiaire" reçoit son dû de la CCPA à la date fixée, même si le parent payeur a du retard.

En déconnectant le paiement du versement, on garantit l’application de la loi tout en supprimant la quasi totalité des litiges et du stress liés au côté aléatoire du système actuel.

De plus, cela permet au parent payeur d’avoir du retard dans ses versements, sans culpabiliser ni recevoir l’opprobre, en lui permettant de gérer des impondérables financiers temporaires et sans pénaliser financièrement ses enfants et l’autre parent.

 

FINANCEMENT DU FONCTIONNEMENT DE LA CCPA

Au démarrage l’Etat finance la différence liée aux retards par un prêt sur l’honneur; retards qui devraient être moindres qu’actuellement (parions que les mauvais payeurs oseront moins affronter la CCPA que le parent de leurs enfants).

Ensuite le financement du fonctionnement pourrait être assuré par exemple:

  • Par les intérêts liés aux retards
  • Par les fonds de secours devenus obsolètes
  • Par les économies réalisées par la justice.
  • Par le fond de solidarité de la caisse des allocations familiales.

CONCLUSION

Facile à mettre en place, peu coûteuse en gestion, la Caisse de Compensation des Pensions Alimentaires avantage toutes les parties concernées tout en rendant un peu de sérénité dans les conflits familiaux.

Si en plus l’Etat, la Justice y trouvent financièrement leur compte, qu’attendons-nous !

 

RomainDesbois

14/04/08 

Ci-joint une toute récente émission sur LCP, du 11/12/12, qui ne fait que confirmer l'utilité de cette mesure:

http://www.dailymotion.com/video/xvujnh_ca-vous-regarde-l...

15/10/2012

FONCTIONNAIRES, TROP C'EST TROP !

fonctionnaire,économie,justice,budget,austérité,crise,impôt,boutin,sarkozy,ump,pôle emploi,fraude fiscale,coface,dassault,outreau,caisse de dépots et consignations,quick,retraite,sdf,mal logés,1% logement,poujadismeTrop de fonctionnaires ! Les fonctionnaires ne foutent rien, bien au chaud dans leur bureau ! Ce poujadisme devient récurrent.
 
J’écoute, je regarde, je lis, j’entends, je zappe et j’ai souvent l’impression que beaucoup d’informations contradictoires arrivent à nos oreilles.

Il y a moins d’un lustre, des policiers français manifestaient. Leurs revendications ? Récupérer les centaines d’heures supplémentaires que chacun avait accumulées. Le chantre néopétainiste du « travailler plus pour gagner  plus » proposa à ces cailleras belliqueuses d’épurer les comptes en payant les heures incriminées …. à moitié prix. Sous Sarkozy, la valeur travail est en solde.( lire: Quand nos caisses jouent nos retraites à la bourse )

Pendant ce temps, la CDC (Caisse des Dépôts et Consignations) rachète les parts des magasins Quick pour 800 millions d’euros au milliardaire Frères, ami de notre président.

Cette histoire fit écho à ce que révéla sur les ondes Patrick Pelloux, le célèbre urgentiste et syndicaliste. Les internes, lorsqu'ils posent une demi-journée de congé, on leur décompte huit heures de travail ! Seize heures, la journée de travail! En France! Oui monsieur; en France et au XXIème siècle.

Pendant ce temps, la CDC « s’enrichit » d’une maison de disques en faillite, patrimoine à sauver impérativement surtout depuis que la première dame de « mon amoureux » y est sous contrat.

La restructuration de la justice par le top modèle Louboutin bat son plein.  Alors que 40% des personnes emprisonnées sont en attente d’être jugées, les juges d’instruction ont en moyenne 120 dossiers à traiter simultanément. Certains affirment ne pouvoir consacrer à chaque dossier plus d'un quart d’heure par semaine.  Faut pas se plaindre cependant, car heureusement, en amont les procureurs classent sans suite 80% des plaintes.


Lors de la commission parlementaire dites « commission d’Outreau », à la question: pourquoi les inculpés ont du attendre en prison préventive plus d’un an avant de pouvoir accéder à leur dossier; condition indispensable pour pouvoir être défendu par leurs avocats, le funeste juge Burgaud répondit que la photocopieuse était en panne depuis des mois et quand elle a été remplacée, il n’y avait de toutes façons pas de personnel pour l’utiliser. Une journaliste Florence Aubenas avait pourtant pu, en toute illégalité, photographier avec son téléphone portable, l’ensemble du dossier dès le début de l’affaire.
Par manque de personnels, de locaux, de moyens, les scellés s’entassent dans les culs-de-basse-fosse des palais de justice; se détériorent ou disparaissent, y compris toute ou parties de corps de victimes.

Pendant ce temps, l’Etat achète 11 Rafale et s‘engage à en acquérir un de plus par an, pour soutenir l’effort de… Dassault. Ce dernier n’hésite pourtant pas à dénoncer l’Etat providence, l’assistanat généralisé et de proposer la suppression totale de toute aide sociale.

Les effectifs de l’inspection du travail, de la DSV, de la DGCCRF fondent comme caviar sur lit de champagne chez Maxim’s un soir d’élection. Au point que le ministre de l’exploitation animale proposa que le personnel des abattoirs fasse lui-même les contrôles vétérinaires. Juge et partie, premier principe d’une république bananière.

Pendant ce temps, les caissières de Carrefour obtiennent quelques tickets restaurant de plus en sacrifiant plusieurs semaines de salaire dans la grève. L’inspection du travail estime qu’en France plus d’un milliard d’heures supplémentaires par an sont non payées, non déclarées, non imposées, non ponctionnées des prélèvements sociaux.

Monsieur David, PDG de la Coface affirme que le déficit annuel de cet organisme est l’équivalent de celui de la France. La Coface est une sorte d’assurance d’état pour les entreprises françaises qui exportent. Ainsi la France via la Coface a remboursé à la société Dassault, propriété du plus gros assisté français, les Mirages que Saddam Hussein n’a pu régler par suite d’un petit contretemps: la Guerre du Golfe. (Chirac a annulé la dette de 4 milliards que l’Irak devait  à la France).

Pendant ce temps, le fisc estime la fraude fiscale annuelle autour de 50 milliards d’euros et le gouvernement Fillon intègre l’abattement de 20% réservé aux salariés dans les tranches de l’IR afin d’en faire profiter les professions libérales. Cet abattement était considéré par l’Etat comme une compensation au fait que les salariés ne peuvent rien cacher, reconnaissant de fait que les professions libérales s’en mettent adroitement à gauche.

Avec le Tsar Kozy 1er, réformateur aisé, on allait voir ce qu’on allait voir. Le problème du chômage identifié, c’est la lourdeur administrative de l’ANPE et des ASSEDICS. Fusionnons ! Fusionnons ! La fusion froidement appliquée, le Pôle Emploi, les employés et les chômeurs ont vu.
Tellement catastrophique que Pôle emploi vend des « paquets » de chômeurs à des sociétés de placement privées. Pour un coût de plusieurs dizaines de millions d’euros et avec une efficacité moindre selon une étude faite en externe.

Pendant ce temps, la Boutin de la république est réquisitionnée par Ni coco Nicolas pour pondre un rapport sur « l’effet de la mondialisation sur la pauvreté ». Pour la modique somme de 9 000 euros par mois sur deux ans à la dame patronnesse et d’un peu moins pour trois collaborateurs, on aurait pu avoir en prime un rapport sur «l’effet sur la pauvreté  du coût des rapports» ! Vexée par le scandale, elle consentira à œuvrer bénévolement en bonne chrétienne. Quand y a un loup, y a Boutin, aurait pu dire Daty. N’est pas Xavière qui veut. (nota benêt: on apprendra finalement qu'elle n'est pas si idiote que ça, que son chantage pendant la campagne électorale qui vit son retrait de la candidature à l'élection présidentielle, lui a été payé par l'UMP, 800 000 euros)

Auparavant, ministre du logement, elle annonça royalement octroyer 23 millions sur cinq ans pour les mal-logés ! Ouf, sauvés ! Pour faire sa communication, elle dépensera l’argent public, 229 000 euros en embauchant Emmanuel Chain, le célèbre "journaliste" (voir : Un Borloo ça va, deux Borloo bonjour les dégâts )

Pendant ce temps,  le 1% logement est géré par plus de 100 organismes différents dont les patrons des plus gros gagnent 200 000 euros par mois (lire: Tous logés à la même enseigne ? )

Alors que l’on nous serine qu’il manque de place pour construire du logement social, qu’il n’y a pas assez de F1 pour loger les pauvres, l’homme qui restera célèbre pour le «trou Fillon » dans les caisses pourtant vides, cherchait un lopin de garennes en Ile de France pour y loger un circuit de F1. Trois communes osèrent postuler chacune pour plus de 20 hectares …. Garantie sans pauvres.

Pendant ce temps, l'Etat vend l'Imprimerie Nationale 85 millions d'euros et la rachète 5 ans plus tard 325 millions d'euros

Pendant ce temps, l'Etat paie ses militaires avec des mois de retard.

Pendant ce temps, une semaine par mois les députés européens vont au Parlement de Strasbourg, avec armes et noria de camions contenant documents officiels et intendance. Coût de ce nomadisme de l'orgueil nationaliste français: 200 millions d'euros pas an.

Pendant ce temps, les société HLM perdent 8 milliards d'euros dans des fonds toxiques.


Pendant ce temps, l’on meurt seul, l’on meurt sale, sali, humilié, par manque de personnels, dans les maisons de retraite. (lire: Hiver 54... ans après)

La crise, c’est vous qui la vivez, ce sont eux qui en vivent.

Romain Desbois


PETITION: TAXER LES OEUVRES D'ART DANS L'ISF

SOURCES :

 

20 minutes
Le Canard Enchainé

Le Particulier
France Télévision
LCP-Public Sénat
Arte
RMC
France-Inter
Europe 1
BFM Business

S!lence
Les nouveaux carnets d’un inspecteur du travail de Gérard Filoche
L’ oligarchie des incapables de Sophie Coignard et Hervé Cubert

01/10/2012

ABSTENTION, PIEGE A CONS !

27.jpgDans la vie, il y a ce que l'on souhaiterait et ce qui est.

Il en va de même pour le système électoral et l'erreur des abstentionnistes est de penser que ne pas participer "à la mascarade" changera les choses. Au delà du poujadisme récurant, du "tous pourris" ou du "tous les mêmes", il est bon de rappeler les règles.

En France, ne sont comptés que les suffrages exprimés, écartant du calcul le vote blanc, le vote nul, l'abstention et les électeurs non inscrits sur les listes électorales. L'élection est validée même si un seul électeur s'est exprimé.

En pratique, ne pas voter conforte les partis hégémoniques. Comme dans une partie de carte, le gagnant rafle la mise, y compris les jetons ou l'argent joués par les participants qui se sont couchés en cours de partie. S'abstenir revient à voter pour le gagnant.

Aux dernières présidentielles , les 10 millions d'abstentionnistes du premier tour ont fait quasiment jeu égal avec les deux candidats arrivés en tête; leur permettant de passer au deuxième tour. Aux dernières régionales 53,6% des électeurs se sont abstenus, maintenant ainsi les deux partis hégémoniques PS et UMP à la tête de toutes les régions françaises.  Il aurait suffit que les abstentionnistes votent contre les partis au pouvoir et on peut supposer que c'est ce qu'ils auraient fait majoritairement, pour que toutes les régions changent de main!

Assurément cela aurait fait bien plus de bruit! Je vous fiche mon billet que l'on en parlerait encore.

Autre point important: voter même pour un "petit" parti, c'est donner accès aux médias.  Il ne faut pas s'étonner que l'on n'entende plus pendant cinq ans ceux qui auront fait quelques pour cents. C'est déplorable mais c'est ainsi.

 

Règle du pourcentage.

Lorsque 100% des électeurs votent, chaque voix compte pour une; si 50% des électeurs s'abstiennent, votent blanc ou nul, chaque voix valablement exprimée compte double !

 

Pas de choix.

Si l'on compare sur les points communs des candidats, de leurs idées et de leur programme, alors oui, ils sont tous semblables. La comparaison doit donc se faire sur les divergences. Impossible de ne pas en trouver.

Faire la liste des sujets sur lesquels vous êtes pour et sur lesquels vous êtes contre pour chaque candidat.

- Pour ou contre le nucléaire

- Pour ou contre la corrida

- Pour ou contre la retraite à 60 ans

- Pour ou contre l'euro

- Pour ou contre la proportionnelle

- Pour ou contre l'immigration

- Etc...

A chacun de décider quel est le point non négociable. Il est impossible de justifier son abstention par un manque de choix. Il y aura toujours une différence entre deux personnes, fut-elle infime.

C'est comme au restaurant dont la carte proposée ne vous tente pas trop. Allez-vous laisser les autres convives choisir ce que vous allez manger au risque de devoir avaler un plat que vous détestez ou allez-vous choisir quelque chose que vous aimer même si ce n'est pas ce que vous aviez envie de manger en entrant ?

 

Tous pourris, tous les mêmes

Prenons l'exemple des dernières présidentielles.

Si votre critère était l'honnêteté, l'incorruptibilité, vous aviez Eva Joly.

Si votre critère était de ne pas voter pour un riche, vous aviez Cheminade, Poutout, Artaud, Joly, Dupont-Aignan.

Si la proportionnelle est votre combat, vous aviez, Joly, LePen, etc...

Si vous étiez contre la réforme Fillon, vous aviez Mélenchon, Joly, LePen, etc...

 

Ils ne tiennent pas leurs promesses

Admettons d'abord qu'il arrive que ce soit heureux qu'ils ne tiennent pas toutes leurs promesses. Sinon nous aurions des fonds de pension en France aujourd'hui.

Mais comment espérer que les choses se fassent si on laisse élire quelqu'un qui ne s'est pas engagé de faire ce que vous souhaitez. Il sera bien difficile d'obtenir l'interdiction des cornichons si l'élu est pour.

 

Ne vous méprenez pas! Je suis contre le vote obligatoire. Par contre, il est inadmissible qu'un élu puisse s'abstenir lors du vote des lois, dans le cadre de sa fonction. Lorsque l'on est élu, on se doit de prendre position, sinon on laisse sa place.

Mon intéret serait de vous conseiller l'abstention, étant bien convaincu que vous tous êtes très éloignés de mes idées.

Je ne peux m'en satisfaire.

S'il vous plaît, ne soyons pas les idiots utiles des anti-démocrates. Au jeu de l'abstention, ils ont toujours gagné l'élection.

Romain Desbois