Avertir le modérateur

23/10/2008

BANK IS DEAD, arrêtons les frais!

Mamie rachete sa banque.jpgPetit cours d'écot not me par un nul.

La banque, pour vous prêter emprunte. Elle emprunte à une autre banque qui emprunte à une autre banque qui emprunte à la Banque de France; chacune prenant sa part d'intérets au passage.

Apprenant cela le quidam se demande pourquoi il n'irait pas souscrire un crédit directement à la Banque de France. "Mais c'est pô possible! La loi l'interdit!" répondirent en choeur tous les ceux qui savent.

Du coup, lorsque la bise des subprimes fut venue, les caisses des banques se trouvèrent bien dépourvues. Je vous fiche mon billet qu'il n'y a même plus une pièce jaune!

Devant un avenir pas si rose, ce fut la crise de foi. Les banques ne se faisaient plus confiance, n'accordant plus crédit à ce que leur disette leur voisine.

Car on le sait bien, les banques ne sont pas prêteuses; c'est là leur moindre défaut.

Voyant ces nobles institutions en sale état, Tsar Kozy 1er dans son rôle/ex-militant du renard libre dans une basse cour maintenant affolée, eut peur que la foule centime monte à l'... assaut et coupe la tête aux comptes en banques.

"Supprimons les paradis fiscaux" dit le co-Prince, sachant que ce discours Andorre. Pas de quoi casser trois pattes à un connard.

Entendant une pub du C I C, "existe-t-il une fois où les limites n'ont pas été dépassées" (sic), il lui vint une nouvelle idée. On va garantir l'argent des gens par leur fric qu'ils ont mis dans un pot, en faire des caisses, même vides, ça va remplir la part de cerveau rendu disponible. "Renflouons ensuite, ajouta-t-il, celles des banques" qui du coup ont découvert des double-fonds pour se racheter entre-elles.

"Vous ne reviendrez pas par hasard" ou "votre argent nous intéresse" disent les pubs. Pour être prévenu, on était prévenu.

Le jour des pauvres arriva, il était en RTT et le peuple s'aperçut que le Tsar était nu. L'avait d'autres chats à nourrir.

Vent de panique sur les sommets. Si nos bourses se brisent, un vent pire risque de souffler sur le quartier du Mistral!

Garantie sang pour sang, intérêt et capital.

 

19:14 Publié dans ECONOMIE | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : crise, banque, subprime, sarkozy

04/10/2008

L'HOMME QUI VOLAIT TROIS MILLIARDS

ARGENT01.jpg

Les caisses sont vides, je vous dis que les caisses sont vides! Les clichés ont la vie dure; les Français avaient cru élire un gestionnaire adroit car à droite, ils se réveillent avec le fils naturel de Oudini et d'Arsène Lupin. Cet édenté de la croissance qui voulait déjà transformer nos retraites en fonds de pension, nous fait le coup du double fond.

Pendant que six milliards et demi d'euros (dont trois pour la France) sont injectés sans contrepartie dans le sauvetage très provisoire de DEXIA, celle-ci invitait à dîner 800 personnes dans un des palaces des plus côtés des hauteurs de Cannes. En marge du Salon de l'Habitat Social, où déjà Dexia recevait comme il se doit avec croissants à volonté de chez Hédiard puis déjeuner gratuits pour tous acheminés par avion de Paris. Il y en a pour qui la faillite aussi bien que le mal-logement ne coupe pas l'appétit.

Le cynisme de ces gens là monsieur! Nous prennent pour des brêles!

Rien que la saga du Crédit Lyonnais suffit à elle seule. Alors qu'elle prêtait des milliards à  0% à de riches clients comme Tapie dans les années 80, cette banque au pouvoir de dire oui vient d'être reconnue coupable de spoliation du même Tapie. Devenue privée, c'est l'Etat qui devra payer les 285 millions d'euros. Et à qui l'Etat va emprunter cette somme? Au Crédit Lyonnais! Bravo l'artiste!

Le Crédit Lyonnais a même eu l'audace de réclamer aux Tutsis le remboursement d'un prêt consenti à leurs génocideurs Hutus; prêt qui a servi à acheter 500 000 machettes chinoises utilisées pour les massacrer. (Jean Ziegler, L'Empire de la Honte, p112 et 113).

A l'heure où l'ANPE qui s'était offert un nouveau logo à 6 millions d'euros pour dynamiser "ces fainéants de chômeurs", va fusionner avec l'UNEDIC, le futur patron de France-Emploi, nom de cette fusion, vient de commander pour un montant de 15 à 25 millions d'euros, des études sur les chômeurs à trois bureaux de conseils privés. Un de ces cabinets est spécialisé dans les plans sociaux de grande ampleur, c'est à dire dans le licenciement de masse; le second a pour patron le président de la commission économique du MEDEF; le troisième était dirigé jusqu'à l'an dernier par un conseiller d'Eric Woerth, actuel ministre du budget et des comptes publics.

Oui l'Etat sait être magnanime pour le pauvre pêcheur. Exemple la mairie de Neuilly qui vient de se voir octroyer une ristourne. Condamnée à payer 2,7 millions d'euros pour n'avoir que 2,8% de logements sociaux contre les 20% minimas légaux, le fisc vient de ramener l'amende à 153 000 euros.  Il a suffit que le maire dise qu'il s'engageait à faire mieux. Rappelons que le fisc vous fait payer une majoration de 10% si vous avez dépassé de 24 heures la remise de votre déclaration de revenus.

D'ailleurs l'Etat sait être efficace. 33 000 logements vont être achetés hors cote, c'est à dire au prix fort, pour un montant de 5 milliards d'euros. Pour aider enfin les SDF à ne pas mourir cet hiver?  Non pour aider ces pauvres promoteurs à passer la crise.

Les caisses sont vides mais l'argent était cachés sous le matelas. Maintenant ils s'attaquent à l'ex-CODEVI reverdi en livret de développement durable, juste le temps d'un Grenelle de l'environnement, juste le temps de faire croire que l'on allait respecter le pacte Hulot incontournable pendant la campagne électorale.

Quelqu'Hulot vont-ils encore avoir? Méfions nous de ne pas nous faire poignarder jusqu'à Lagarde.

 

Romain Desbois

30/09/2008

POUR LA DROITE, C'EST CHOMAGE ET DESERT ECONOMIQUE

monnaie de singe.jpgAvec  Sarkozy on a eu à Toulon un abbé et trois aveux. Mes biens chers frères je vous promets plus de chômage, moins d'argent. C'est le bordel mais je vous promets de sauver les riches banquiers. Pour vous je vous l'ai déjà dit, je soutraite l'espoir avec le Pape.

Les boites d'interim annoncent avoir perdu 35 000 emplois au premier semestre 2008.  C'est comme par hasard quasiment le nombre de chômeurs en plus. Voilà l'effet pervers des heures supp. éxonérées. Pourquoi une entreprise embaucherait quand c'est moins cher de faire travailler plus ceux qui ont déjà un boulot. D'autant que ce marché de dupes est doublement pervers car les charges exonérées sont payées aux caisses de retraites, de chômage et de sécu par l'Etat. C'est à dire par les contribuables, y compris par ceux qui font des heures supp. Les seuls à y gagner sont les entreprises.

Le RSA fonctionne de la même façon. Puisque l'Etat va payer un complément de salaire à ceux qui trouveront un boulot de merde mal payé, pourquoi voulez-vous qu'un patron les payent plus? Si il ya des gens qui gagnent moins en travaillant qu'en restant au RMI (ce qui reste à démontrer), c'est parceque les salaires ne sont pas assez élevés! De plus, le RSA viole le principe du travail égal, salaire égal. Comment va comprendre le collègue qui bosse pour le même salaire mais qui ne touche pas le RSA qu'il fait le même boulot pour 200, 300 euros de moins?

Mais comment expliquer que l'UNEDIC affiche pour 2007 UN EXCEDENT DE QUATRE MILLIARDS D'EUROS et prévoit un excédent de Huit milliards pour 2011?! Pourquoi cet argent ne sert pas à payer plus de RMIstes ou de chômeurs? Ou alors pourquoi ne pas baisser les cotisations si ils ne redistribuent pas?

On a quand même vu à Metz le Medef défiler pour demander que l'ETAT remplace les casernes par 1500 fonctionnaires. Le Medef demandant des fonctionnaires pour faire vivre le tissu économique, c'est nouveau; eux qui passent leur temps à cracher sur ces parasites inutiles et fainéants en les rendant responsales du trou de l'ETAT.

Le doyen du Sénat qui fait l'interim entre Poncelet (le SDF à qui ils ont offert un appart à vie dans un des quartiers les plus chers de France) et Larcher (le chasseur qui aime la chasse mais qui ne tue pas d'animaux), n'est autre que le milliardaire marchand d'armes, voleur d'âmes, Dassault. Sa dernière saillie date de quelques mois. Il a proposé que l'ETAT ne paie plus les chômeurs pour les inciter à trouver du boulot, car l'Etat est trop pauvre. Dassault ne sait pas que le chômage est une assurance payée par les salariés (directement ou non) et ce n'est pas l'Etat qui paie! De plus il est bien mal placé pour se plaindre car si l'Etat est si mal en point, on peut dire qu'il y est pour quelques milliers de milliards.

Arrête ton char Dassault.

22/09/2008

ECOLO DEBILES, ECOLOS DECHANTENT

fleur de poubelle.jpg

De Lagarde à Borloo, tous ces écolos de contrefaçon étiquetés Hulot sont unanimes: le bonus/malus est une bonne mesure. Elle devait être neutre financièrement, elle aura déjà coûté 200 millions d'euros à l'Etat. Ellle devait lutter contre la pollution, elle aura favorisé le diesel, émetteur de fines particules cancérigènes. Car pour ces béotiens de l'écologie, l'ennemi est le CO2. Hors le CO2 est bon pour la nature, on a même noté ces dernières années une croissance accélérée des arbres et autres végétaux. Si l'on veut lutter efficacement contre l'effet de serre, il faut d'abord arrêter les déforestations, ce qui du même coup protègerait les espèces en voie d'extinction. Et replanter ces terres defrichées essentiellement pour l'élevage et la nourriture des animaux dont on mangera le cadavre!

Mais le sommet de l'idiotie est atteint grâce aux révélations de 60 millions de consommateurs qui a vérifié la véracité des normes affichées par les constructeurs automobiles. Aucune voiture donne sa véritable consommation et son vrai taux de pollution. Toutes consomment et polluent plus d'au moins 20% et certaines vont jusqu'à polluer 60% de plus que ce qui prévu, quelque soit la manière de conduire. L'Etat, comme dans d'autres domaines, s'est fié à ce que les fabriquants lui ont donné, attribuant ainsi un bonus écolo à des véhicules hyperpolluants.

Sur le fond, le bonus/malus est une absurdité car un propriétaire de 4X4 peut polluer moins qu'un possesseur de Clio. Car cela dépend évidemment du nombre de km parcourus par l'automobile. Si l'on avait voulu réellement faire payer les pollueurs, il fallait appliquer le bonus/malus sur le carburant et sur le type de carburant. Plus difficile à mettre en place, politiquement et techniquement. Mais on pouvait imaginer des pompes Bonus à prix bas, dont l'usage serait limité à X litres par jour et par conducteur par exemple. Et bien sur on attend encore les pompes de biocarburants (sans TIPP!) à usage illimité.

Déjà, l'Etat pourrait  donner l'exemple et ne plus envoyer nos déclarations fiscales sous plastique et revenir aux bonnes vieilles enveloppes en papier recyclé. Mais non, Borloo sort sa taxe pique-nique (pléonasme!) plutôt que d'interdire les gobelets et assiettes en plastique.

Et pourquoi ne pas imposer des emballages des produits périssables en plastique végétal ? Le pot de yaourt n'a pas besoin de tenir 200 ans avant de se dégrader. "Longtemps, longtemps, longtemps après que le yaourt a disparu" aurait pu chanter le poète. D'autant plus que cela aurait un autre avantage: avec un emballage qui se dégrade vite, plus de risque de magouilles sur les dates de péremption sur le produit.

Mais y a-t-il un écolo dans l'équipage? On ne trouve même plus de bouteille de jus de fruits en verre; le moindre biscuit est emballé individuellement; le moindre fruit est étiqueté.

L'écologie est d'abord l'économie de gaspillage et non l'économie DU gaspillage.

15/07/2008

L'ART DE LA GUERRE

89690886.jpgPendant qu'un comédien lisait le préambule des Droits de l'Homme à un parterre de dictateurs invités au défilé de haute torture, des militants de Reporters Sans Frontières se faisaient tabassés par nos représentants de la loi. Dans l'art de la novlangue, Gorges Orwell n'aurait pas fait mieux. Personne dans la foule n'a crié "le droit est nu" au passage de notre Tsar Kosy 1er. Nul doute que le carnet de commande s'est rempli car les invités étaient triés sur le volet et la collection 2008 était, aux dires de la cour médiatique, très réussie.

Le mois dernier déjà s'était tenu le salon de la mort (SM ?) , autrement dit le Salon International de l'Armement Eurosatory où chaque pays du monde et autres mercenaires font leurs courses pour la paix. Car vous l'aurez remarqué, c'est toujours au nom de la paix que l'on se prépare à la guerre. Novlangue, je vous dis.

Mais la guerre est devenue un spectacle, devenue le Huitième art. Le Louvre ne s'y est pas trompé puisqu'encore une fois il a accueilli le 17 juin dernier le grand banquet militaro-industriel. Faut-il qu'on meurt pour ce millier de convives? Quelle consanguinité allons-nous trouver entre le musée et la guerre? Allons-nous retrouver dans le sanctuaire des civilisations des objets pillés en Irak ou ailleurs? Mais si l'on creuse bien, cela s'est toujours fait. Les musées sont remplis de larcins ramenés des colonisations et campagnes militaires.

Carcassonne: des spectateurs amateurs de guerre en ont eu pour leur argent. Grâce à un acteur zélé, ils ont goûté un peu au vrai frisson de la guerre. Mais pouce! On ne joue plus! On veut bien être au spectacle mais pas faire partie des victimes.

Alors que l'ONU n'a pu recueillir que 50 milliards de promesse de dons pour combattre la famine mondiale, rien que les USA auront dépensé dix fois plus pour la guerre en Irak. Rien d'étonnant puisque les cinq pays les plus gros producteurs d'armes sont justement les cinq du conseil de sécurité de l'ONU.

Selon la revue S!lence d'avril 2008, 80% des armes sont vendues aux pays pauvres. Pour les maintenir dans la pauvreté? Pour justifier le maintien des "dictacheteurs"?

Tant qu'il y aura des cons, des débiles et des fachos pour assister au spectacle des métiers de la mort, à mouiller devant un mec en uniforme, d'être fiers d'envoyer son fils à la boucherie, la barbarie sera l'emblème de nos civilisations.

En passant, posons une gerbe sur la flamme de l'écologie et de l'animal inconnu, les premières victimes de nos guerres. Mais la seule chose qui brillait ce jour de 14 juillet, c'est l'absence de Borloo et de Rama Yade.