Avertir le modérateur

04/11/2008

FAUT-IL BATTRE EN RETRAITE?

 

ZOOM080.jpgTravailler jusqu’à 70 ans ! Qui s’étonne que ce gouvernement le propose ? Cela faisait pourtant bien partie du discours du Président et de ses coréligionnaires lors de sa campagne électorale ! Et pourtant si il ya une chose que l’on peut prévoir, c’est bien le jour du départ à la retraite des gens et ce dès leur naissance qui plus est. Nous avions donc le temps de nous retourner avant que ce soit dans notre tombe. Cette incurie de l’Etat n’avait-elle pas pour but de nous préparer aux fonds de pensions tant claironnés par les sus-cités ? Mais c’était avant les subprimes et la crise.

"Les régimes spéciaux coûteront plus chers qu'avant la réforme!

C'est ce qu'on nous dit après nous avoir vendu le contraire. Il fallait le faire car c'était symbolique, proclament les partisans de l'ultralibéralisme. Bravo la manipulation des masses!

Après la baisse moyenne de 20% des retraites, calculées sur les 25 meilleures années (10 auparavant) suite à la réforme Balladur, les régimes généraux passeront à 41 ans de cotisations pour une retraite à taux plein. A entendre les défenseurs de cette casse, on ne peut pas faire autrement pour les raisons qu'ils assènent comme d'autant d'évidences et que personne ne songe à vérifier.

1. Les Français vivent plus longtemps.

Certes l'espérance de vie augmente mais pas de la même façon pour tous. Vous faîtes un métier pénible et ce sont 7 ans de vie en moins. Allons jusqu'au bout de l'argument; jusqu'à l'absurde. Les femmes vont-elles devoir cotiser 6 ans de plus puisque leur espérance de vie est de 83 ans contre 77 pour les hommes? Est-ce que 17 ans et 23 ans de retraite, c'est si scandaleux?

2. Il n'y a que trois solutions au financement des retraites.

Et pourquoi ne pas rendre les cotisations progressives? Puisque c'est un système de solidarité, il serait équitable de faire cotiser plus les haut salaires, à l'instar de l'impôt sur le revenu (IRPP). On pourrait aussi déconnecter les cotisations des actifs et les intégrer dans l'IRPP, les retraites étant intégrées dans le budget de l'état.

Le concept de répartition veut qu'au moins il y ait deux actifs pour un retraité. Il faut donc que la population d'actifs double à chaque génération. Impossible. Dés l'origine le système est vicié; c'est mathématique, même sans tenir compte du chômage qui aggrave les choses. Le blocage des salaires et les exonérations déséquilibrent d'autant l'édifice.

3. Il n'y a plus d'argent dans les caisses

Selon tous les rapports pourtant cités par les cassandres le financement des retraites sera déficitaire entre 2017 et 2020. Alors pourquoi faire cotiser plus maintenant? Les cotisations d'aujourd'hui sont censées payer les retraites d'aujourd'hui puisque nous ne sommes pas dans un système de capitalisation. S'il s'agit de provisionner les déficits futurs, cela signifie que nous allons cotiser pour les retraites actuelles et pour la notre! Personne ne dénonce ce scandale!

Les caisses sont-elles si vides que ça? Quand il est dit dans "C'est dans l'air" que les caisses de retraites font faire des sondages pour savoir ce que pensent les Français; quand il est rappelé dans "complément d'enquête" qu'elles possèdent des immeubles sur les Champs-Elysées; ne serait-il pas temps d'exiger un audit sur la gestion des cotisations supposées aller aux retraités?

 

Romain Desbois

Le rapport financier 2006 de la CNAV

02/11/2008

REACH, LES CHERCHEURS? PAS TOUS!

cobaye humain.jpg

Dans le domaine de la recherche comme dans d'autres, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. Si vous n'êtes pas dans la lignée de la pensée unique ou si vous trouvez autre chose que ce que l'on veut que vous trouviez, vos crédits, vos collaborateurs, votre poste vous sont retirés.

Bien avant que la notion de "lanceur d'alerte" apparaisse, le Dr Claude REISS du CNRS osa contredire son supérieur dans un débat radiophonique. Le sujet tabou s'il en est: l'hérésie scientifique de l'extrapolation à l'humain des expérimentations animales.

En bon scientifique, il ne cesse d'affirmer que lorsque l'on trouve quelque chose chez la souris, tout ce que l'on peut dire c'est: on a trouvé quelque chose chez la souris.

Pour cette outrecuidance, il subit les foudres de la mafia scientiste.

Effectivement, selon que vous voulez arriver à telle ou telle conclusion, il vous suffit de choisir tel ou tel animal. Vous voulez prouver que le persil est mortel pour l'homme? Testez le sur le perroquet! Non seulement l'expérimentation animale n'est pas transposable à l'humain mais c'est criminel de le faire. Nombre de molécules ont eu des effets morbides voire mortels sur notre espèce alors que rien n'avait alerté nos "scientifiques" lors des essais sur d'autres espèces.(voir liste des produits retirés du commerce).

Je vous entends déjà hurler: "on ne va pas tester sur l'homme quand même!". C'est pourtant ce que l'on fait actuellement.

Les recherches du Dr Reiss sont freinées; même quand un brevet est déposé par le CNRS, il est enterré (thérapie contre le SIDA). Las de ces brimades, Claude Reiss fait valoir ses droits à la retraite pour pouvoir se battre autrement. Il réussit à racheter son brevet, décide de créer avec d'autres scientifiques Antidote-Europe pour promouvoir le résultat de ses recherches. L'association doit maintenant se heurter  à l'ostracisme voire l'obscurantisme de nos instances dirigeantes.

Plus encore, ce chercheur développe une nouvelle approche révolutionnaire de la Toxicogénomique , pour en faire une méthode de substitution à l'expérimentation animale. Antidote-Europe lutte bec et ongles pour que cette méthode soit utilisée dans le projet européen REACH.

Des millions de vies animales peuvent être épargnées, au bénéfice de la santé des humains.

Pour avancer dans ses travaux, le Dr Reiss cherche toujours ... leur financement.

ATTENTION, VOIR CETTE VIDEO RISQUE DE VOUS RENDRE PLUS INTELLIGENT! cliquer

 

Romain Desbois

23/10/2008

BANK IS DEAD, arrêtons les frais!

Mamie rachete sa banque.jpgPetit cours d'écot not me par un nul.

La banque, pour vous prêter emprunte. Elle emprunte à une autre banque qui emprunte à une autre banque qui emprunte à la Banque de France; chacune prenant sa part d'intérets au passage.

Apprenant cela le quidam se demande pourquoi il n'irait pas souscrire un crédit directement à la Banque de France. "Mais c'est pô possible! La loi l'interdit!" répondirent en choeur tous les ceux qui savent.

Du coup, lorsque la bise des subprimes fut venue, les caisses des banques se trouvèrent bien dépourvues. Je vous fiche mon billet qu'il n'y a même plus une pièce jaune!

Devant un avenir pas si rose, ce fut la crise de foi. Les banques ne se faisaient plus confiance, n'accordant plus crédit à ce que leur disette leur voisine.

Car on le sait bien, les banques ne sont pas prêteuses; c'est là leur moindre défaut.

Voyant ces nobles institutions en sale état, Tsar Kozy 1er dans son rôle/ex-militant du renard libre dans une basse cour maintenant affolée, eut peur que la foule centime monte à l'... assaut et coupe la tête aux comptes en banques.

"Supprimons les paradis fiscaux" dit le co-Prince, sachant que ce discours Andorre. Pas de quoi casser trois pattes à un connard.

Entendant une pub du C I C, "existe-t-il une fois où les limites n'ont pas été dépassées" (sic), il lui vint une nouvelle idée. On va garantir l'argent des gens par leur fric qu'ils ont mis dans un pot, en faire des caisses, même vides, ça va remplir la part de cerveau rendu disponible. "Renflouons ensuite, ajouta-t-il, celles des banques" qui du coup ont découvert des double-fonds pour se racheter entre-elles.

"Vous ne reviendrez pas par hasard" ou "votre argent nous intéresse" disent les pubs. Pour être prévenu, on était prévenu.

Le jour des pauvres arriva, il était en RTT et le peuple s'aperçut que le Tsar était nu. L'avait d'autres chats à nourrir.

Vent de panique sur les sommets. Si nos bourses se brisent, un vent pire risque de souffler sur le quartier du Mistral!

Garantie sang pour sang, intérêt et capital.

 

19:14 Publié dans ECONOMIE | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : crise, banque, subprime, sarkozy

04/10/2008

L'HOMME QUI VOLAIT TROIS MILLIARDS

ARGENT01.jpg

Les caisses sont vides, je vous dis que les caisses sont vides! Les clichés ont la vie dure; les Français avaient cru élire un gestionnaire adroit car à droite, ils se réveillent avec le fils naturel de Oudini et d'Arsène Lupin. Cet édenté de la croissance qui voulait déjà transformer nos retraites en fonds de pension, nous fait le coup du double fond.

Pendant que six milliards et demi d'euros (dont trois pour la France) sont injectés sans contrepartie dans le sauvetage très provisoire de DEXIA, celle-ci invitait à dîner 800 personnes dans un des palaces des plus côtés des hauteurs de Cannes. En marge du Salon de l'Habitat Social, où déjà Dexia recevait comme il se doit avec croissants à volonté de chez Hédiard puis déjeuner gratuits pour tous acheminés par avion de Paris. Il y en a pour qui la faillite aussi bien que le mal-logement ne coupe pas l'appétit.

Le cynisme de ces gens là monsieur! Nous prennent pour des brêles!

Rien que la saga du Crédit Lyonnais suffit à elle seule. Alors qu'elle prêtait des milliards à  0% à de riches clients comme Tapie dans les années 80, cette banque au pouvoir de dire oui vient d'être reconnue coupable de spoliation du même Tapie. Devenue privée, c'est l'Etat qui devra payer les 285 millions d'euros. Et à qui l'Etat va emprunter cette somme? Au Crédit Lyonnais! Bravo l'artiste!

Le Crédit Lyonnais a même eu l'audace de réclamer aux Tutsis le remboursement d'un prêt consenti à leurs génocideurs Hutus; prêt qui a servi à acheter 500 000 machettes chinoises utilisées pour les massacrer. (Jean Ziegler, L'Empire de la Honte, p112 et 113).

A l'heure où l'ANPE qui s'était offert un nouveau logo à 6 millions d'euros pour dynamiser "ces fainéants de chômeurs", va fusionner avec l'UNEDIC, le futur patron de France-Emploi, nom de cette fusion, vient de commander pour un montant de 15 à 25 millions d'euros, des études sur les chômeurs à trois bureaux de conseils privés. Un de ces cabinets est spécialisé dans les plans sociaux de grande ampleur, c'est à dire dans le licenciement de masse; le second a pour patron le président de la commission économique du MEDEF; le troisième était dirigé jusqu'à l'an dernier par un conseiller d'Eric Woerth, actuel ministre du budget et des comptes publics.

Oui l'Etat sait être magnanime pour le pauvre pêcheur. Exemple la mairie de Neuilly qui vient de se voir octroyer une ristourne. Condamnée à payer 2,7 millions d'euros pour n'avoir que 2,8% de logements sociaux contre les 20% minimas légaux, le fisc vient de ramener l'amende à 153 000 euros.  Il a suffit que le maire dise qu'il s'engageait à faire mieux. Rappelons que le fisc vous fait payer une majoration de 10% si vous avez dépassé de 24 heures la remise de votre déclaration de revenus.

D'ailleurs l'Etat sait être efficace. 33 000 logements vont être achetés hors cote, c'est à dire au prix fort, pour un montant de 5 milliards d'euros. Pour aider enfin les SDF à ne pas mourir cet hiver?  Non pour aider ces pauvres promoteurs à passer la crise.

Les caisses sont vides mais l'argent était cachés sous le matelas. Maintenant ils s'attaquent à l'ex-CODEVI reverdi en livret de développement durable, juste le temps d'un Grenelle de l'environnement, juste le temps de faire croire que l'on allait respecter le pacte Hulot incontournable pendant la campagne électorale.

Quelqu'Hulot vont-ils encore avoir? Méfions nous de ne pas nous faire poignarder jusqu'à Lagarde.

 

Romain Desbois

30/09/2008

POUR LA DROITE, C'EST CHOMAGE ET DESERT ECONOMIQUE

monnaie de singe.jpgAvec  Sarkozy on a eu à Toulon un abbé et trois aveux. Mes biens chers frères je vous promets plus de chômage, moins d'argent. C'est le bordel mais je vous promets de sauver les riches banquiers. Pour vous je vous l'ai déjà dit, je soutraite l'espoir avec le Pape.

Les boites d'interim annoncent avoir perdu 35 000 emplois au premier semestre 2008.  C'est comme par hasard quasiment le nombre de chômeurs en plus. Voilà l'effet pervers des heures supp. éxonérées. Pourquoi une entreprise embaucherait quand c'est moins cher de faire travailler plus ceux qui ont déjà un boulot. D'autant que ce marché de dupes est doublement pervers car les charges exonérées sont payées aux caisses de retraites, de chômage et de sécu par l'Etat. C'est à dire par les contribuables, y compris par ceux qui font des heures supp. Les seuls à y gagner sont les entreprises.

Le RSA fonctionne de la même façon. Puisque l'Etat va payer un complément de salaire à ceux qui trouveront un boulot de merde mal payé, pourquoi voulez-vous qu'un patron les payent plus? Si il ya des gens qui gagnent moins en travaillant qu'en restant au RMI (ce qui reste à démontrer), c'est parceque les salaires ne sont pas assez élevés! De plus, le RSA viole le principe du travail égal, salaire égal. Comment va comprendre le collègue qui bosse pour le même salaire mais qui ne touche pas le RSA qu'il fait le même boulot pour 200, 300 euros de moins?

Mais comment expliquer que l'UNEDIC affiche pour 2007 UN EXCEDENT DE QUATRE MILLIARDS D'EUROS et prévoit un excédent de Huit milliards pour 2011?! Pourquoi cet argent ne sert pas à payer plus de RMIstes ou de chômeurs? Ou alors pourquoi ne pas baisser les cotisations si ils ne redistribuent pas?

On a quand même vu à Metz le Medef défiler pour demander que l'ETAT remplace les casernes par 1500 fonctionnaires. Le Medef demandant des fonctionnaires pour faire vivre le tissu économique, c'est nouveau; eux qui passent leur temps à cracher sur ces parasites inutiles et fainéants en les rendant responsales du trou de l'ETAT.

Le doyen du Sénat qui fait l'interim entre Poncelet (le SDF à qui ils ont offert un appart à vie dans un des quartiers les plus chers de France) et Larcher (le chasseur qui aime la chasse mais qui ne tue pas d'animaux), n'est autre que le milliardaire marchand d'armes, voleur d'âmes, Dassault. Sa dernière saillie date de quelques mois. Il a proposé que l'ETAT ne paie plus les chômeurs pour les inciter à trouver du boulot, car l'Etat est trop pauvre. Dassault ne sait pas que le chômage est une assurance payée par les salariés (directement ou non) et ce n'est pas l'Etat qui paie! De plus il est bien mal placé pour se plaindre car si l'Etat est si mal en point, on peut dire qu'il y est pour quelques milliers de milliards.

Arrête ton char Dassault.