Avertir le modérateur

26/01/2009

UNE ESPECE EN VOIE DE DISPARITION, LES ELUS SE MOBILISENT

GrandDuc.jpgAlors que l'Assemblée Nationale est débordée au point de vouloir limiter en temps les débats et les amendements, nos édiles savent trouver une fenêtre de tir pour nos amis les chasseurs.

Entre l'adoption récente de la loi sur  "l'amélioration et la simplification de la chasse", la nomination de Chantal Jouanno au secrétariat d'Etat à l'écologie et la publication du calendrier des dates de fermeture de la chasse aux oiseaux (calendrier qui se torche avec les engagements européens de la France et notamment avec la 'Directive oiseaux') , il y a forcément une volonté politique déterminée à faire plaisir aux semeurs de mort et autres psychopathes du dimanche.

Car c'est la fê
te à Riri toutes les semaines chez Viandards Land; que du bonheur...Des cadeaux en veux-tu en voilà...

Il doit bicher, notre président : à peine eut-il râlé que l’opposition faisait rien qu’à entraver sa soif réformatrice en foutant la pagaille dans l’hémicycle que,  le PS joignait ses voix à l’UMP pour une réforme capitale. C’est en effet dans une ambiance consensuelle que le Parlement vient d’adopter la proposition de loi du sénateur Ladislas Poniatowski destinée à la protection d’une espèce en voie de disparition.
Et y avait urgence : pensez qu’en l'espace d'une génération, ils sont passés en France de 2,4 millions à 1,2 million. Ecolo comme on le connaît, le gouvernement se devait de réagir face aux menaces qui pèsent sur une espèce emblématique des traditions de nos terroirs : les chasseurs !
La loi contient donc des mesures destinées à faciliter la vie de ceux qui font de la mort un loisir.
Pour commencer, il convient de ne pas les décourager.
On cessera ainsi de les priver de leur passe-temps favoris sous prétexte qu’ils auraient commis des infractions : le permis de chasse ne sera plus automatiquement retiré mais il faudra qu’un juge en décide. En attendant, le contrevenant pourra continuer à tirer sur tout ce qui bouge.

Il faut aussi que leur « sport » ne leur coûte pas trop cher. Or, jusqu’à présent, l'indemnisation des dégâts agricoles causés par le gros gibier représentait une lourde charge pour leurs fédérations. Ce n’est que justice quand on sait que par exemple la multiplication des « cochongliers » (animaux énormes, d’approche facile, ne craignant pas la voix humaine ou le jappement de chiens qui leur sont familiers) tient à l’élevage qui en fut encouragé par les dites fédérations.
On va désormais faire contribuer les propriétaires irresponsables qui ne procèdent pas à la régulation des espèces sur leur terrain et, pire, s’opposent au passage des « régulateurs » devront raquer !
Idem pour les deux tiers des communes françaises où n'existe pas d'ACCA (association communale de chasses agréée) et qui, de ce fait, ont des territoires non chassés ! Allez hop, tout ce petit monde à la caisse ! Ce sera toujours ça de moins à la charge des chasseurs.

Autre souci des vaillants Nemrod que le législateur a tenu à apaiser : il semblerait que notre belle jeunesse boude la guerre faite aux animaux. Qu’à cela ne tienne : pour favoriser leur accès à la confréries des tueurs agréés, le texte abaisse le coût du permis de 30 à 15 euros pour les mineurs de plus de 16 ans (et oui, à cet âge on ne peut pas voter mais on peut tuer !) et lorsqu'un chasseur valide pour la première fois son permis. La cotisation fédérale sera abaissée dans les mêmes proportions.

Plus de tracasseries paperassières : le transport du gibier tué entre amis est libre ! (les braconniers apprécieront)
Foin de réglementation tatillonne, pour améliorer le rendement du destructeur de « nuisibles », le parlement autorise les tirs à l’aide de «grand duc artificiel ».
Précisons, pour les non chasseurs qui me lisent de quoi il s’agit :
les oiseaux diurnes n’aiment pas que les oiseaux de nuit interfèrent dans leur plage horaire. Lorsqu’ils découvrent, en plein jour, une chouette, un hibou, un grand ou un petit duc, ils se regroupent et le houspillent jusqu’à ce qu’il décampe en attendant son heure de sortie.
Pour limiter les massacres, l’usage du grand duc artificiel était jusqu’alors réservé à la destruction des nuisibles, sur arrêté préfectoral. Les porteurs de fusils pourront désormais utiliser librement ce leurre de rapace nocturne pour attirer leurs proies.

Mais ce gros cadeau de Noël n’eut pas été complet sans l’indispensable reconnaissance dont ont soif ces grands incompris !
Depuis le temps qu’ils répètent qu’ils sont les premiers écologistes, leurs fédérations peuvent désormais êtres agréées au titre de la protection de l'environnement, seront consultées pour des projets d'aménagement du territoire et pourront en saisir la justice avec le droit de se porter partie civile.
- "Pourquoi privilégier les associations de chasse par rapport à d'autres associations, les randonneurs, les cavaliers…, qui eux aussi protègent la nature?", s'est étonné Yves Cochet qui, au nom des Verts, s’est abstenu (et le vote contre, il connaît pas ?)
- "Vous n'êtes pas sur le terrain pour apprécier la différence entre les uns et les autres", lui a rétorqué Patrick Ollier (UMP) qui a quitté les Hautes-Alpes en 2007 pour se faire élire à Rueil Malmaison, "Les chasseurs sont de vrais gestionnaires de la nature, mais un randonneur ne fait que passer."
Il a raison, Ollier : on passe… très vite même, surtout en automne. Et on n’oublie pas les grelots, les crécelles, et les gilets fluo !
Et puis il avait le mérite d’être là : treize députés s'étaient déplacés pour ce vote définitif, - dont 11 membres du groupe d'étude de la chasse et élus de régions où cette "activité sportive" selon leur propre définition, est largement pratiquée.
Même les ministres concernés, ceux de l'écologie et de l’agriculture, s'étaient éclipsés et c'est celui des Transports ( ?) qui représentait le gouvernement.

Un député PS a regretté qu'aucun jour de la semaine ne soit interdit à la chasse... mais il a été contredit dans son propre camp au nom de "la tradition ancestrale de loisir et de lien social" qu'est la chasse, "en particulier le dimanche".

Certains auraient aimé aller plus loin, tels Maxime Gremetz (PCF) qui, trouvant que le texte "s'arrêtait au milieu du gué" s'est lancé dans un vibrant plaidoyer en faveur des chasseurs. D’autres ont demandé des sanctions "pour contrer les activités anti-chasse" de "ceux qui multiplient les actions de sabotage".

Les sénateurs avaient renoncé à les inscrire dans la loi mais D. Bussereau leur a promis « la signature prochaine » d'un décret instituant un « délit d’entrave au droit de chasse » punissant d’une amende salée « tout acte tentant d’empêcher le déroulement normal d’une action de chasse ».

Démagogues les parlementaires ?Meu non !  Alors que les accidents de chasse se multiplient, ils viennent de voter une loi qui caresse dans le sens du poil 2 % de la population... armée.

Voir l'excellent blog "ça branle dans le manche"

30/12/2008

HIVER 54 ... ANS APRES

PERS023.jpg340, 341, 342 sans logis sont morts, 54 ans après l'appel de l'Abbé Pierre. Pas un président, pas un ministre, un député n'ira à leur enterrement. Ils étaient pourtant bien présents à celui de l'abbé Pierre et de Soeur Emmanuelle. Il faut bien en convenir, les caméras attirent nos élus aussi sûr que le lampion attire l'éphémère.

Ephémères sont pourtant les projecteurs dont le feu de l'actualité demande constamment à être réalimenté. Alors à chaque mort de la rue l'on se surprend à se battre contre des moulins à vent que sont les promesses ministérielles.

Malgré la volonté affichée de la ministre du logement et du Premier Ministre, les faits sont tétus. Les tentes réapparaissent rue de la Banque, ironie d'une actualité qui s'entrechoque. Ces résistants n'ont obtenu que DAL si ce n'est une amende de 12 000 € pour "dépot et abandon d'objets". Comme si il fallait un peu plus humilier et rappeler à ces gens qu'ils ne sont rien, qu'ils sont plus transparents que leur maigre bien.

Pas de ligne de crédit démentielle pour les sans-logis, pas le caution de l'Etat. Si! Mais à une portion congrue et un droit opposable dont on se demande comment cela va résoudre le problème.

340, 341, 342 morts de la rue, en France, comme un calendrier de l'avent, chaque jour son mort, jusqu'à ce que l'on remette les compteurs à zéro.

1, 2, 3, nous mourrons aux bois

4, 5, 6, sans une queue de cerise

7, 8, 9, sans un habit neuf

10, 11, 12, sans avoir de flouze

De l'Abbé décédé au sort de la Soeur, crieurs d'au secours catholique très populaire.

Faut-il qu'on aima, us et coutumes de nos cultures, pleurer sur vos petites et grandes misères, sans réagir.

Appel de l'abbé Pierre, hiver 54.

Conseil: cliquez sur les deux vidéos à la fois, l'effet "échos" avec le petit décalage, en est encore plus troublant.

 

Romain Desbois

22/12/2008

LE PERE NOEL EST EN OR DUR

Autruche.jpgJ'accepte que nos impôts servent à renflouer les magouilles des banquiers et leur permettent de continuer à gagner pour certains plus de 100 000 € par mois. Lire

J'accepte que l'on trouve des centaines de milliards d'euros de lignes de crédits alors que les caisses sont vides pour loger les pauvres pendant que trois villes d'île de France se portent candidates pour offrir des milliers d'hectares à un circuit de Formule 1 . Lire

J'accepte de servir de caution pour les banques sans que l'on n'ait demandé mon avis et ce sans contre partie. Lire

J'accepte que nos impôts servent à payer 6 milliards d'euros par an des charges sociales à la place de ceux qui fontc est pas ma faute à moi.jpg des heures supplémentaires et à la place des entreprises qui profitent pour ne pas embaucher. Lire

J'accepte que 200 millions d'euros de nos impôts aient servi de bonus pour acheter des voitures diesel, augmentant le taux de fines particules hautement cancérigènes dans l'air, dont les enfants sont les premières victimes. Lire

J'accepte que l'Etat donne 400 millions d'euros pour financer la recherche sur les voitures propres alors que cela fait au moins quinze ans que Renault et Peugeot les fabriquent en Amérique Latine (ex Renault FLex) et refusent de les vendre en Europe. Voir

ARGENT003.jpgJ'accepte que les cents traders les mieux payés puissent toucher ensemble, en 2007, 600 milliards de dollars! (240 milliards d'euros), soit le salaire de 120 millions de personnes à 2 000 euros charges comprises. SOIT DIX MILLIONS D'EMPLOIS. Lire

J'accepte que l'on importe 60% du bio consommé en France, alors que l'on subventionne l'élevage et l'agriculture1984foule senti(ton)mentale.jpg intensive comme j'accepte qu'en France 1,3 million d'hectares de terres cultivables soient en friches, friches subventionnées par Bruxelles et donc par nos impôts. Lire

J'accepte que l'Etat, l'Union Européenne utilisent nos impôts pour maintenir élevés les prix de la viande, puis dépensent nos impôts pour inciter les gens à acheter cette viande (veau-tez c'est voter comme des veaux?) et donc j'accepte de payer ma viande à mon boucher alors que je l'ai déjà payée trois fois. Lire

J'accepte que l'Etat subventionne l'exportation, truquant ainsi la balance commerciale, qui fait que sur les marchés d'Afrique les poulets français congelés sont vendus moins chers que l'élevage local, jetant ainsi les éleveurs autochtones dans la misère. Lire

J'accepte qu'Emmaus revende à vil prix sur les marchés des pays pauvres les vêtements neufs que je leur ai donné, fabricant ainsi des pauvres parmi les fabricants de vêtements locaux. Lire

J'accepte que l'argent de la recherche serve à soutenir le foie gras Lire, à soutenir le commerce de la fourrure Lire.

J'accepte que l'argent de la recherche serve à maintenir des méthodes expérimentales obsolètes et dont l'extrapolation à l'homme est de fait non scientifiques Lire

ecouter et entendre.jpgJ'accepte que mes impôts servent tous les ans à boucher le trou de la Coface, équivalent du trou de la sécu selon M. David, président de la Coface (BFM 2007), argent qui a servi entre autres à payer à Dassault les Mirages fournis à Saddam Hussein et qui n'ont jamais été payés par l'Irak. Lire

J'accepte enfin de donner au Téléthon, Sidathon, Restothon, Sarkothon et autres michethons, l'Etat ayant tellement d'autres chats à nourrir.

111b.jpg

 

 

 

10/12/2008

JOURNEE TRISTE SANS LES GAYS!

Humains dos à dos.jpgJournée anniversaire des droits de l'Homme (qu'il faudra bien un jour renommer droits des humains), le 10 décembre 2008 est aussi pour la première fois "journée sans les gays" aux Etats-Unis.

Souvent considérés comme citoyens à part entière quand il s'agit des devoirs, les gays comme d'autres minorités visibles ou invisibles n'ont pas accès aux mêmes droits dans la plupart des pays.

Certes il y de grandes différences d'un pays à l'autre, allant de la condamnation à mort au simple refus d'égalité de traitement vis à vis de la loi. Les homosexuels des pays les plus ouverts doivent-ils pour autant se contenter du plus que leur pays leur octroie ou bien ont-ils un devoir moral, parce qu'ils peuvent s'exprimer plus facilement, de se battre pour faire avancer leurs droits et celui des homosexuels du monde entier? Curieusement, à ma connaissance, il n'y a pas de mouvement mondial, très actif du moins, de défense des homosexuels les plus opprimés.

Le SIDA qui a touché d'abord la "communauté homosexuelle" a été l'occasion de grandes avancées dans certains états quand dans d'autres a stigmatisé encore plus l'homosexualité. La France vient de proposer à l'ONU un pas important pour la dépénalisation de l'homosexualité, fortement contestée. Pourtant, certains homos en France se battent pour faire valoir leurs droits bafoués, tel Christophe Bridou.

Est-il utile de revenir sur les propos d'un député français et la judiciarisation de l'homophobie? Rien que le débat suscité sur Agoravox sur le sujet suffit à démontrer que le chemin est encore long pour qu'un jour il n'y ait plus besoin d'un jour sans gays.

 

 

09/12/2008

MAIS OÙ EST DONC PASSÉ LE « BON SENS PAYSAN » ?

1984foule senti(ton)mentale.jpgCombien de temps les éleveurs continueront-ils à mendier des subventions à l’État et persisteront-ils à scier la branche sur laquelle ils sont assis ?
► Suite aux manifestations d'éleveurs, le Ministère de l'Agriculture a annoncé une aide de plusieurs dizaines de millions d'euros pour les soutenir. On impose donc une nouvelle fois aux contribuables de subventionner l'élevage, y compris à ceux qui évitent en tant que consommateurs d'acheter de la viande ou des produits laitiers ! Même si l'on peut comprendre l'inquiétude des éleveurs qui voient leur revenu baisser, il est clair qu'il ne faut en aucun cas continuer à subventionner l'élevage, en particulier parce que c'est une activité extrêmement agressive envers l'environnement.
►  La production de viande a été reconnue par la FAO comme étant le premier facteur d’émission de gaz à effet de serre (devant le secteur des transports).
Une alimentation 100% végétale génère environ 5 fois moins de CO2 qu’une alimentation végétarienne classique… qui génère elle-même environ moitié moins de CO2 qu’une alimentation carnée.
Produire des légumes, céréales, légumineuses, nécessite de 500 à 2000 L d’eau par kg d’aliments, alors que produire 1 kg de viande de boeuf demande 20 000 à 100 000 L.
En France, 2/3 des terres agricoles sont destinées à l’alimentation animale, qui absorbe à elle-seule 50 % des céréales produites. Les animaux d’élevage sont en effet de véritables gouffres énergétiques, où se perdent 85 % des calories et des protéines végétales qu’on leur donne.
L’élevage génère aussi une forte pollution. Plus de la moitié des engrais azotés et phosphorés employés en France le sont uniquement pour satisfaire aux besoins de nos animaux de consommations. Et ceux-ci produisent bon an mal an environ 300 millions de tonnes de déjections diverses. L’ammoniac provenant des lisiers liquides est l'une des causes principales des pluies acides qui abîment les arbres, acidifient les sols, les lacs et les cours d'eau, et nuisent à la biodiversité.
► Les éleveurs sont donc les premiers pollueurs de la planète, et continuer à subventionner leurs activités est en contradiction totale avec les objectifs de préservation de l’environnement fixés par le gouvernement… qui ferait bien de s’inspirer plutôt de ce que conseille Rajendra Pachauri, président du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC) : « Au début, renoncez à manger de la viande un jour par semaine, et ensuite cessez graduellement votre consommation. »
► Il faut donc réformer l'ensemble des filières liées à l'élevage de manière à diminuer la consommation de viande et de lait, en promouvant massivement l'adoption d'une alimentation équilibrée la plus végétale possible. Quant aux éleveurs, ils seraient bien inspirés de se reconvertir dans d’autres activités moins néfastes à l’environnement, et de se passer définitivement des aumônes de l’Etat.
► L’alimentation végétarienne a aussi des effets bénéfiques sur les animaux, la santé et le Tiers-Monde. Plus d’informations sur www.vegetarisme.fr.

(communiqué d'Alliance Végétarienne de France)