Avertir le modérateur

15/05/2008

QUAND L'ETAT EST PILLE PAR SES SERVITEURS

1630940912.jpgLes caisses sont vides pour les citoyens de France mais pas pour le train de vie de l'État. Les journées du patrimoine vous feront découvrir cette débauche de luxe. Pourtant, la France ne sait pas ce qui lui appartient. N'ayant jamais eu d'inventaire, certains en ont profité largement. Il est, parait-il, coutume qu'un ministre quitte ses fonctions en gardant un "petit" souvenir. Qui un meuble, qui un tableau ou une statuette, petit à petit l'État se fait dépouillé par ses serviteurs, tout à fait illégalement. Des dizaines de milliers d'objets d'art disparaissent sans que plainte ne soit déposée. Pour afficher la "grandeur" de la France, nos ambassades ne font pas dans la modestie et nos ambassadeurs confondent souvent leurs biens personnels avec ceux dont ils ont la charge, appliquant le bon vieux principe de "ce qui est à toi est à moi".

Les caves des musées regorgent de trésors qu'ils n'exposeront jamais, plus de 50% au Louvre selon son conservateur. On dépense sans compter pour avoir la plus belle oeuvre d'un artiste ou la plus belle antiquité, quelque fois même de manière pas très déontologique; oeuvre qui remplacera celle jugée mineure et qui sera remisée à vie. Car l'État interdit que tout ce qui lui appartient soit vendu! C'est ce que dénonce Emmanuel Pierrat dans "Museum connection: enquête sur le pillage de nos musées" aux éditions FIRT

Il est plus que temps que nos élus qui stigmatisent les pauvres, "profiteurs de la solidarité nationale", s'appliquent les règles de probité qu'ils veulent nous imposer. Car ils oublient que le patrimoine de la France appartient aux Français, au même titre que la dette.

écouter source

Commentaires

Ce livre est une gigantesque entreprise de désinformation.

Lisez plutôt ceci, qui démonte cette soi-disant enquête :

http://www.latribunedelart.com/Publications/Publications_2008/Museum_Connection_585.htm

Écrit par : Bernini | 23/05/2008

Merci pour cet article très intructif. Vous remarquerez que je me suis plus interessé aux ambassades et autres lieux de travail de nos élus. Déjà dénoncée dans une émission de complément d'enquète, la disparition d'oeuvres est avérée. D'ailleurs dans l'émission de Pradel, nombre de témoignages allaient dans le sens de Pierrat.
Si au moins la polémique sur ce livre permettait à ce que l'Etat soit plus rigoureux. Voilà qui fera l'unanimité non?

Écrit par : RomainDesbois | 23/05/2008

Qu'il y ait des vols par les élus, c'est vrai, évidemment. Mais ceci doit être dénoncé par des enquêtes rigoureuses, pas par cet embrouillamini informe.

Écrit par : Bernini | 26/05/2008

Les commentaires sont fermés.