Avertir le modérateur

18/02/2009

TRADER, MIEUX QUE LE LOTO

1278170177.jpgVous ne connaissez certainement pas John Paulson. C'est un trader. Un très bon même puisqu'il a gagné en salaire en 2007,

4 milliards et demi d'euros!

C'est près de trente milliards de francs, au cas ou certains ne se rendraient pas bien compte.

Les cent traders les mieux payés ont touché ensemble, toujours en 2007, six cents milliards de dollars! (438 milliards d'euros au taux de l'époque). voir taux 2007

Cela fait 140 millions de salaires mensuels de 2 000 euros plus les charges!

DOUZE MILLIONS D'EMPLOIS!

"Vous ne viendrez pas chez nous par hasard". Un slogan bien cynique.

 

Mais le cynisme ne s'arrête pas là! Les jeunes lions qui n'accordaient aucun crédit même lyonnais à notre système social solidaire et allaient voler fortune dans les cavernes d'Allez Bobo sont revenus au nid douillet de la vache à lait maternelle. Le corps beau d'un reste d'UV encore visible, voyant dans le bec de l'oiseau noir de la récession un chômage. Par l'odeur d'un système amoché, ces traders sont reçus en rois mages.

Du train de vis, ils crient assez dick. Rangées les décapotables, le risque c'est bien quand il n'y en a point.

C'est ainsi que le Point nous apprenait que certains voulaient et le fromage et la fromagère!

Dégustons donc ensemble ce que nous rapporte Le Monde qui n'est pas suspecté d'être de gauche:

"Le député PS Alain Vidalies s'est interrogé sur le cas de quelques ex-traders français de Londres ayant touché jusqu'à 6 366 euros mensuels d'indemnités-chômage alors qu'ils n'ont jamais cotisé en France, dans une question écrite à la ministre de l'économie, Christine Lagarde.

"Pour y parvenir, il leur suffit de justifier en France - à leur retour - d'un contrat de travail dont la durée est comprise entre un et vingt-huit jours", écrit M. Vidalies, évoquant des traders qui ont travaillé à la Bourse de Londres ou dans d'autres pays de l'UE. "Ainsi, grâce à cette astuce, ils reçoivent des indemnités-chômage qui peuvent atteindre 6 366,80 euros par mois bien que n'ayant jamais cotisé aux Assedic", ajoute-t-il.

Le député des Landes demande à Mme Lagarde "de bien vouloir lui confirmer la réalité de cette pratique surprenante, de lui préciser le nombre des heureux bénéficiaires et le montant ainsi déboursé par l'Unedic".

L'Unedic avait reconnu le 24 septembre la possibilité "exceptionnelle" que d'anciens financiers puissent, après avoir perdu leur emploi à Londres, bénéficier d'une indemnisation allant jusqu'à 6 366 euros mensuels, comme le révélait Le Point. L'Unedic évoquait alors "24 demandeurs d'emploi indemnisés sur la base d'un salaire supérieur à 7 000 euros nets mensuels" perçu en Europe, dont quatre sur un salaire touché en Angleterre." (sources LeMonde)


Quoi? Je cotise, tu cotises...pardon vous cotisez pour indemniser au chômage plus, que vous ne glânez de votre dur labeur?

Moi je sais pas mais j'hésite entre le poujadisme et l'extrême de l'extrême gauche!

Travailler plus pour gagner plus version trader c'est "travaille plus et j' touche plus".

 

Romain Desbois

 

Commentaires

En rapprochant vos 2 "poulets" trader v/s caisses de retraites, je ne peux m'empêcher de vous faire observer qu'en ce qui concerne les traders leurs émoluments sont basés sur une forme d'escroquerie légale et volontaire: après tout personne n'est obligé de jouer à la bourse et pour ceux qui perdent je n'ai pas de commisération.
En revanche pour les caisses de retraites, je suis sans pitié pour ceux qui confondent leur poche et celles des cotisants, car ces derniers n'ont pas le choix.

Écrit par : zelectron | 19/02/2009

"poulets"???
Je suis d'accord avec vous et je ne crois pas avoir remis en cause le principe de la bourse, j'ai mis en évidence l'énormité de certains revenus et le fait que ceux qui (et c'est leur droit) n'acceptent pas le contrat social, n'hésitent pas à venir en bénéficier la crise venue. Crise dont ils sont en partie responsables quand même!

Écrit par : romaindesbois | 19/02/2009

pour "ceusses" qui ne savent pas ce que signifie poulet:
jadis on écrivait avec une plume d'oie
les pauvres avec des plumes de poulet
par extension un écrit rapide s'appelle un poulet
(comme si on avait même pas le temps de le plumer...)

Écrit par : zelectron | 19/02/2009

Merci Zelectron , je ne savais pas.
Vous êtes libre comme l'air. ;-)
J'apprécie.

Écrit par : romaindesbois | 19/02/2009

incroyable, si ca c'est pas le monde a l'envers du liberalisme fou et sans aucune regulation ou controle commence dans les annees 80 sous REAGAN !!!
un postier, un boulanger je sais a quoi ca sert et ce que cela produit en valeur ajoutee.
un trader ??? no comment

Écrit par : francois | 05/03/2009

Les commentaires sont fermés.